S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Paramphistome : retirer l’accès aux pâtures humides

réservé aux abonnés

 - -->
C’est sur les conseils de Vincent Legoupil (à gauche), vétérinaire à Gavray (Manche), que Christophe Osmont a retiré 1,5 ha du circuit de pâturage des vaches en lactation. Ils ont signé un contrat de suivi. © c.hue

Lutte. Depuis janvier 2014, le délai d’attente de l’antiparasitaire oxyclozanide est de quatre jours et demi. Cette restriction incite à lutter contre le paramphistome par une gestion des prairies humides, ce que fait Christophe Osmont avec succès.

La restriction de l’utilisation de l’antiparasitaire oxyclozanide, décidée il y a quatre ans, demande aux éleveurs d’ajuster leur lutte contre les paramphistomes. Cette molécule a une autorisation de mise en marché (AMM) contre la grande douve, mais elle est reconnue efficace contre le paramphistome adulte à une dose au-delà de l’AMM (30 ml pour 100 kg). Les vétérinaires la prescrivent donc aussi contre...
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
7%

Vous avez parcouru 7% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

La restriction de l’utilisation de l’antiparasitaire oxyclozanide, décidée il y a quatre ans, demande aux éleveurs d’ajuster leur lutte contre les paramphistomes. Cette molécule a une autorisation de mise en marché (AMM) contre la grande douve, mais elle est reconnue efficace contre le paramphistome adulte à une dose au-delà de l’AMM (30 ml pour 100 kg). Les vétérinaires la prescrivent donc aussi contre le parasite. En 2013, l’analyse du lait de 25 vaches traitées a détecté des résidus au-dessus de la limite maximale réglementée durant quatre jours et demi, ce qui a conduit à une révision de l’autorisation de mise en marché. Depuis le 1er janvier 2014, le délai d’attente est de quatre jours et demi, soit neuf traites, contre zéro jusque-là.

Traiter au tarissement mais pas seulement

Le délai d’attente monte à sept jours si la dose prescrite est supérieure à l’AMM (en double dose « douve »). « De ce fait, la période la plus propice pour traiter est le tarissement, mais dire que l’on ne peut plus traiter les vaches en lactation n’est pas tout à fait exact », avance Vincent Legoupil, vétérinaire à Gavray (Manche) et membre de la commission parasitisme du SNGTV.

« On peut appliquer un traitement au vêlage. Les premiers jours de la lactation étant consacrés à la production du colostrum, le risque de retrouver des résidus dans le lait est inexistant. Si l’animal est malade, par exemple atteint d’une mammite, on peut également profiter du traitement antibiotique en cours et du délai d’attente qui va avec, pour lui appliquer ce traitement antiparasitaire. » Avec une condition préalable : établir un diagnostic, c’est-à-dire définir le niveau de contamination du cheptel.

D’abord réaliser une coproscopie

Cela passe par une coproscopie d’un mélange de fèces de 5 vaches prises au hasard si le troupeau est composé de 50 à 100 vaches, et de deux coproscopies pour 100 vaches et plus. « Si l’on comptabilise moins de 50 œufs/g de fèces, on considère le troupeau faiblement contaminé. Avec plus de 50 œufs, on reprend les cinq ou dix vaches retenues pour la coproscopie et on en réalise une pour chacune d’entre elles. »

Avec plus de deux vaches sur les cinq du lot à 100 œufs et plus par gramme, on considère le troupeau fortement contaminé. Toutes les vaches sont traitées au tarissement ou au vêlage. « Cette décision peut être aussi prise si, par exemple, trois des cinq vaches affichent 80 œufs. C’est une question d’interprétation. »

Et le vétérinaire de préciser : « Quatre-vingts pour cent des élevages suivis par le cabinet vétérinaire sont contaminés, mais la majorité l’est faiblement. C’est positif. Le paramphistome est un parasite d’accumulation dans le rumen. Il devient un problème lorsque le rumen en est vraiment chargé. Cela se traduit par des diarrhées, un poil piqué, une baisse en lait, etc. »

En d’autres termes, il faut éviter le traitement parasitaire systématique et mettre en place une lutte raisonnée avec des prescriptions sur mesure.

Quelles mesures préventives peut-on prendre contre les paramphistomes ? Le développement de l’immunité des génisses n’en est pas une. ­Contrairement aux strongles, il ne sert à rien d’exposer les génisses à un pâturage dès leur première année pour développer leur immunité. « Cela ne fonctionne ni pour ce parasite ni pour la grande douve », déclare-t-il.

« La fin des problèmes depuis le retrait de 1,5 ha aux vaches »

Pour Vincent Legoupil, la seule mesure préventive efficace est de supprimer l’accès aux zones humides durant la saison de pâturage. « S’il n’est pas possible de condamner ces zones, il faut les réserver aux animaux les moins sensibles. » Il pense, par exemple, aux vaches en finition prévues pour être réformées ou à un lot de bœufs « qui peut être constitué pour les exploiter ». L’objectif est de destiner les prairies non humides aux vaches en lactation, aux taries et aux génisses.

À Coutances, dans la Manche, c’est ce que fait Christophe Osmont. Il a pris la suite de ses parents en 2015 et vient d’achever la conversion en bio de l’exploitation de 55 vaches.

« J’ai retiré un hectare et demi des 22 hectares pâturés par les vaches. Cela a réglé le problème. La première année, l’administration de l’antiparasitaire a continué durant le tarissement mais depuis, je n’en applique plus. Les résultats des coproscopies sous les 50 œufs/g classent notre troupeau dans le statut de faiblement contaminé. »

« Avant, la moitié du troupeau était déclaré en subacidose  »

Les prairies pâturées sont en effet traversées d’un ruisseau. Le pâturage de ses abords est définitivement condamné par une clôture et une prairie en fond de vallée est réservée aux vaches destinées à la réforme. « Sa fauche est compliquée car elle est très humide, dit Christophe Osmont. La condamnation des zones humides représente 300 mètres de clôtures. Ce n’est pas un travail énorme. Il faut tout de même gérer deux désagréments », ajoute-t-il. Le premier : récupérer les vaches qui, habituées à pâturer ces endroits, défoncent les clôtures pour continuer à y aller. « Encore cette année, après trois ans de mise en place, il a fallu aller en chercher quelques-unes. Nous avons dû en réformer plusieurs qui passaient systématiquement les barbelés. »

Le second désagrément : la pousse d’arbustes dans les zones clôturées qui ne peuvent être ni fauchées ni pâturées par les autres catégories d’animaux. « En contrepartie, c’est un soulagement d’avoir résolu ce problème. C’était un véritable casse-tête pour mes parents qui, jusqu’à mon installation, ne parvenaient pas à le gérer. Le TB était bas. L’écart de taux faible entre le TB et le TP déclarait plus de la moitié du troupeau en subacidose, selon les critères de suivi du contrôle laitier. Ma mère culpabilisait de mal nourrir les vaches. Mes parents déroulaient manuellement du foin le matin quand elles étaient à jeun pour favoriser leur rumination. C’était du travail en plus. »

Deux points de TB en plus en trois ans

Selon les résultats du contrôle laitier, l’écart entre le TB et le TP était en moyenne de 3,3 points en 2014-2015 (36,7 de TB et 33,4 de TP pour 6 325 kg bruts/vache). Il est monté progressivement pour atteindre 6,1 points en 2017-2018 (38,8 de TB et 32,7 de TP pour 5 109 kg bruts par vache). « Le TB reste bas, reconnaît Christophe. Je vais essayer de le booster par la génétique. Le troupeau est aux trois quarts normand après un croisement avec des holsteins sélectionnées sur le lait, et non les taux, ce qui pénalise le TB aujourd’hui. » Il veille aussi à ce que la ration fourragère soit pourvue en énergie. Cet hiver, il prévoit un quart de maïs-ensilage et trois quarts à majorité d’ensilage d’herbe, accompagné d’un méteil orge-avoine-pois et d’un mélange suisse enrubanné.

Claire Hue
Cette prairie humide de fond de vallon d’un petit hectare n’est pas condamnée totalement au pâturage. Elle accueille les vaches déjà réformées pour leur finition. Cette solution protège les vaches en lactation d’une contamination. © c.hue
Zone clôturée. Au creux de ce vallon coule un ruisseau qui crée une zone humide de part et d’autre. Les animaux n’y acccèdent plus et elle est impossible à faucher, laissant place à une friche. © c.hue
Parasitisme. Un contrat de suivi

C’est après une formation à l’installation en 2015 que Christophe Osmont sollicite Vincent Legoupil pour un audit de l’élevage. « Depuis, nous avons contractualisé un suivi parasitaire de trois visites par an : à la mise à l’herbe, durant la saison de pâturage et en fin d’année. Et si j’ai un souci ou une interrogation, je l’appelle facilement. » Coût du suivi : 230 € la première année, 170 € les suivantes. Les coproscopies faites au cabinet sont incluses, pas les analyses en laboratoire, ni les prescriptions vétérinaires. « Le but est de travailler en prévention et non en curatif, pointe Vincent Legoupil. Ma satisfaction est de constater la baisse de l’usage des antiparasitaires. Je vends moins de produits, mais c’est intéressant d’intervenir sur rendez-vous et non dans l’urgence. »

Paramphistome. Comment se fait la contamination

Le paramphistome est un vers plat. Les animaux sont contaminés par l’ingestion de larves véhiculées dans le milieu extérieur par un escargot aquatique. La forme larvaire s’enfonce dans la sous-muqueuse de la caillette et du duodénum pour se nourrir de sang. Il n’existe pas de traitement contre les larves. Transformées en adultes, elles se collent grâce à une ventouse à la paroi du rumen et se nourrissent de jus ruminal. Elles sont responsables d’une baisse de lait et/ou de GMQ, d’une mauvaise préparation au vêlage et de diarrhées. Les pâtures humides (sources, bordures de rivières, berges piéti-nées, etc.) sont sources de contaminations. La prévention consiste à les retirer du pâturage des vaches laitières. Traiter celles fortement contaminées permet, en plus de les soigner, de diminuer leur excrétion d’œufs dans l’environnement.

    À Coutances (Manche)

    4 UTH, dont 3 salariés et aide des parents

    Bio cette année

    50 vaches aux trois quarts ­normandes et un quart croisées

    5 109 kg bruts, 38,8 de TB et 32,7 de TP en 2017-2018

    73 ha dont 30 ha de prairies permanentes et 27 de temporaires, 8 ha de céréales et 8 ha de maïs

    100 porcs par an

    Vente directe de viande bovine et de porcs

Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
Cet article est paru dans L'Éleveur Laitier
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER