S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Une baisse limitée des tarifs d’achat

réservé aux abonnés

 -
Chaque année, l’évolution du tarif de rachat pour les installations en toitures de puissance inférieure à 100 kWc est dictée par une formule. Les projets sur bâtiments agricoles constituent une part importante de cette catégorie. Un arrêté adoucit la baisse prévue cette année, mais la méthode de calcul du prix est décriée. © G. Baron/GFA

Les prix de l’électricité produite en toiture continuent de chuter, mais la baisse sera deux fois moins importante que prévue. Le syndicat du solaire Enerplan appelle à une révision de la formule qui guide l’évolution tarifaire.

Les tarifs d’achat de l’électricité photovoltaïque baissent toujours, mais moins que prévu. Voilà résumé d’une manière simple l’arrêté du 30 juin 2020, paru au Journal officiel, relatif aux conditions d’achat de l’électricité photovoltaïque produite sur des toitures d’une puissance inférieure ou égale à 100 kWc. L’application brute de la formule...
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
37%

Vous avez parcouru 37% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

Les tarifs d’achat de l’électricité photovoltaïque baissent toujours, mais moins que prévu. Voilà résumé d’une manière simple l’arrêté du 30 juin 2020, paru au Journal officiel, relatif aux conditions d’achat de l’électricité photovoltaïque produite sur des toitures d’une puissance inférieure ou égale à 100 kWc. L’application brute de la formule, qui guide l’évolution des prix, aurait abouti à une baisse de 5,4 % du tarif. Elle est deux fois moins forte que prévue et se chiffre à 2,7 %. Richard Moyen, délégué général du syndicat du solaire Enerplan, regrette que les tarifs n’aient pas été gelés complètement. Il demande également un changement de la méthode de calcul de cette dépréciation.

Le poids des projets non-aboutis

La formule complexe qui fixe la trajectoire tarifaire est en vigueur depuis mai 2017. Elle a pour vocation d’établir un prix d’équilibre, encadré par l’État. Richard Moyen pointe du doigt un biais dans ce calcul. Ce n’est pas le nombre de projets aboutis qui est pris en compte, mais le nombre de demandes de raccordement déposées. Or, la part des projets qui ne sont pas menés à terme atteindrait 30 %. La variable actuellement prise en compte modifie donc artificiellement l’équilibre considéré et pénalise les futurs porteurs de projets.

> À lire aussi : Jusqu’à 500 kWc pour le photovoltaïsme agricole (12/06/2020)

Gildas Baron
Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

Indisponible

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER