S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Dossier. Les grandes culturesun peu moins concernées

réservé aux abonnés

 - -->
îEn © Arvalis

Alors que quelques bioagresseurs, tels que la chrysomèle, sont

Les grandes cultures sont moins concernées par les organismes nuisibles que les autres filières. « Une des hypothèses est que ces derniers sont pour la plupart déjà répartis de par le monde », évoque Bertrand Huguet, chargé de mission surveillance biologique du territoire DRIAAF-SRAL « pôle phytosanitaire » en île-de-France.
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
1%

Vous avez parcouru 1% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

Les grandes cultures sont moins concernées par les organismes nuisibles que les autres filières. « Une des hypothèses est que ces derniers sont pour la plupart déjà répartis de par le monde », évoque Bertrand Huguet, chargé de mission surveillance biologique du territoire DRIAAF-SRAL « pôle phytosanitaire » en île-de-France.

Malgré tout, nous avons tous en tête quelques exemples de bioagresseurs emblématiques. La chrysomèle des racines du maïs (voir encadré), les nématodes à kystes de la pomme de terre (Globodera spp.), le mildou du tournesol (Plasmopara halstedii), etc. nécessitent ou ont nécessité la mise en œuvre de moyens de lutte obligatoire.

Vigilance sur céréales

De même, d’autres organismes restent particulièrement surveillés. C’est le cas du flétrissement bactérien du maïs, appelé aussi maladie de Stewart (Pantoea stewartii subsp. stewartii), de la chenille légionnaire d’automne (Spodoptera frugiperda) sur maïs, des altises sur pommes de terre (Epitrix spp.) ou sur céréales à paille, de la carie de Karnal ou de la pyriculariose du blé. Ce pathogène, qui fait des dégâts au Brésil, a été depuis peu retrouvé en Inde et au Bangladesh. « Nous avons récemment identifié Magnaporthe oryzae comme agent responsable d’épidémies sur des graminées (Lolium spp.) en France. Des rapports non scientifiques suggèrent qu’il est également présent dans les pays voisins », ajoute Didier Tharreau, phytopathologiste au Cirad. Or, l’éventualité d’un « saut » de Lolium spp. vers le blé a aussi été étayée…

La chrysomèle déréglementée en 2014

« Plusieurs années de suite, la chrysomèle des racines du maïs a fait l’objet d’une lutte obligatoire, rapporte Jean-Baptiste Thibord, chez Arvalis. Les mesures d’éradication et de confinement ont contraint à des ruptures de rotation. Elles ont été très mal vécues par les producteurs, d’autant que l’insecte n’était pas encore nuisible. Si en île-de-France cette approche a été concluante, elle a eu moins de succès dans les secteurs plus maïsicoles. Elle a toutefois conduit à réduire l’installation du coléoptère chez nous plus que dans les pays voisins, tels que l’Italie. Mais ne pouvant lutter contre son introduction quasi permanente, Diabrotica virgifera virgifera a été déréglementée en 2014. Des dégâts sont observés pour la première fois cette année. »

Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
Cet article est paru dans L'Éleveur Laitier
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

test

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

En réassort

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER