S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

L’Europe ne tire plus la croissance de Danone

réservé aux abonnés

 - -->
Redressement d’Activia. Le « relookage » de la marque en 2016 a été un échec. De nouvelles offres, entre autres d’origine végétale, la relancent. Danone compte autant sur les produits laitiers que végétaux pour se développer. © C. Hue

Ventes. Les produits frais en Europe et Amérique latine progressent d’un tout petit 0,1 %. Ils avaient baissé de 3,7 % en 2017.

Chez Danone, l’optimisme est au rendez-vous. Son chiffre d’affaires progresse de 2,9 %, à 24,65 milliards d’euros dont 13 milliards pour les produits frais. Il tient compte des synergies réalisées avec WhiteWave, leader américain des produits d’origine végétale. Danone a cassé sa tirelire en 2017 pour acheter le groupe, connu en Europe pour sa marque Alpro. « Alpro, notre deuxième marque de produits...
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
20%

Vous avez parcouru 20% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

Chez Danone, l’optimisme est au rendez-vous. Son chiffre d’affaires progresse de 2,9 %, à 24,65 milliards d’euros dont 13 milliards pour les produits frais. Il tient compte des synergies réalisées avec WhiteWave, leader américain des produits d’origine végétale. Danone a cassé sa tirelire en 2017 pour acheter le groupe, connu en Europe pour sa marque Alpro. « Alpro, notre deuxième marque de produits frais en Europe, enregistre une croissance à deux chiffres en 2018 », indique Emmanuel Faber. C’est surtout le retour d’Activia, marque leader, qui donne le sourire au PDG.

La fin du recul en Europe

Depuis la mi-2018, Activia reprend le chemin­ de la croissance en Europe et dans le monde par des nouveaux packagings et produits. Sans surprise­, on y retrouve la tendance bio, avec des yaourts fabriqués notamment à l’usine de Bailleul (Nord). Signe des temps, l’alternative végétale y fait également son entrée avec des jus de légumes­ fermentés lancés au Mexique, fin 2018, et bientôt des produits à base de protéine d’amande. « Depuis huit ans que l’on court après, notre activité produits frais est stabilisée en Europe. La croissance européenne pose la croissance de Danone, elle ne la tire plus », déclare Emmanuel Faber. Pour les producteurs de lait français et européens, cela ne signifie pas plus de lait. Dans sa recherche d’un milliard d’euros d’économies en quatre ans, c’est même moins de lait.

Collecte française : réduction achevée en 2020

« La réduction de notre collecte européenne arrivera à un plateau en 2020. Nous la gérons de façon proche avec nos éleveurs. » Eux se demandent à quelle sauce ils seront mangés. « Nous sommes inquiets, confie Hubert Dion, de l’OP Danone Haute-Normandie qui négocie un nouveau contrat-cadre. Nous devons atteindre 215 millions de litres en 2019, contre 225 millions l’an passé. » Le Brexit ne le rassure pas. Une partie des livraisons de l’OP est dédiée au marché britannique. En cas de Brexit dur, Danone pourrait développer le site anglais Alpro, à Kettering.

Le géant qui souhaite « un modèle de marques qui défend des causes » se saisira-t-il du maintien des éleveurs et de leur rémunération ? Acceptera-t-il leur demande d’un prix du lait intégrant une rémunération à 2 Smic ?

« Nous avons la volonté de tirer notre gamme vers le haut en proposant un modèle. Nous redonnerons graduellement du pouvoir d’achat aux éleveurs en fonction de la réponse des consommateurs », répond Emmanuel Faber.

Claire Hue

    Résultat net de toutes les activités: 2,34 md€ (- 4,1 %)

    Pôle produits

    laitiers et d’origine végétale :

    Stabilité en Europe et à l’international : + 0,1 % de CA pour 8,6 md€, - 5,5 % en volume.

    Croissance en Amérique du Nord : + 1,5 % de CA et + 2,5 % en volume.

Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
Cet article est paru dans L'Éleveur Laitier
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

Indisponible

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER