S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Au moins 10 € en plus sur la moitié du lait livré

réservé aux abonnés

 - -->
© c.hue
La coopérative bas-normande Isigny Sainte-Mère (215 Ml, 450 adhérents) fait partie de ces PME qui tirent leur épingle du jeu dans l’ombre des grands groupes. Avec un prix de base à 310 € ou 315 €/1000 l depuis neuf mois (305 € en avril), elle affiche le troisième meilleur prix du lait français en 2016-2017 (p. 28). Elle a aussi accru son résultat net de 49 % en 2016 (8,5 M€),...
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
39%

Vous avez parcouru 39% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

La coopérative bas-normande Isigny Sainte-Mère (215 Ml, 450 adhérents) fait partie de ces PME qui tirent leur épingle du jeu dans l’ombre des grands groupes. Avec un prix de base à 310 € ou 315 €/1000 l depuis neuf mois (305 € en avril), elle affiche le troisième meilleur prix du lait français en 2016-2017 (p. 28). Elle a aussi accru son résultat net de 49 % en 2016 (8,5 M€), ce qui se traduit par un complément de prix annuel de 4 €/1000 l. Sa recette ? Surfer sur la demande chinoise de poudres infantiles au travers de son partenaire chinois Biostime et sur le succès de la matière grasse via ses beurres et crèmes sous appellation d’origine protégée.

Les deux AOP Isigny mettent la pression sur la coop pour une valorisation accrue de leurs PGC. En prévision du décret de révision de leur cahier des charges, à partir du 1er juillet, une prime de 10 €/1000 l sera appliquée au titre de l’herbe et de 1 à10 € pour la race normande. Elles touchent potentiellement la moitié de la collecte si tous les producteurs concernés s’engagent.

Isigny augmente aussi de 5 % la référence de volume, après + 20 % en 2015. Car son autre challenge est de hisser les fabrications de poudres infantiles à 40 000 tonnes, contre 28 450 t l’an passé, dont au moins un tiers pour Biostime.

Claire hue
Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
Cet article est paru dans L'Éleveur Laitier
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

En réassort

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER