S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

La filière laitière voit le bout du tunnel

réservé aux abonnés

 -
3,5 millions d’euros ont été avancés par le Cniel pour indemniser les producteurs laitiers contraints de jeter une partie de leur production après l’incendie du 26 septembre 2019. © Sdis76

Un an après l’incident Lubrizol, l’interprofession laitière (Cniel) tire les premiers enseignements de la crise. Si les éleveurs ont rapidement pu être indemnisés, certains industriels attendent encore une compensation financière.

L’heure est au bilan. Un an après l’incendie de Lubrizol, la situation semble être revenue à la normale dans les élevages laitiers de Seine-Maritime, de la Somme, de l’Oise, de l’Aisne et du Nord. « Des analyses poussées sur la qualité du lait se poursuivent, dans le cadre du plan de surveillance des pouvoirs publics et du plan de contrôle renforcé de l’interprofession, explique Thierry Roquefeuil, pré...
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
18%

Vous avez parcouru 18% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

L’heure est au bilan. Un an après l’incendie de Lubrizol, la situation semble être revenue à la normale dans les élevages laitiers de Seine-Maritime, de la Somme, de l’Oise, de l’Aisne et du Nord. « Des analyses poussées sur la qualité du lait se poursuivent, dans le cadre du plan de surveillance des pouvoirs publics et du plan de contrôle renforcé de l’interprofession, explique Thierry Roquefeuil, président du Cniel, contacté par La France Agricole le 24 septembre 2020. Aucune anomalie n’est à signaler pour le moment. Cela continuera le temps qu’il faudra, afin d’assurer aux consommateurs des produits d’une qualité irréprochable. »

700 000 litres de lait détruits par jour

Entre le 26 septembre 2019, jour de l’incendie du site Seveso, et la reprise de la collecte, le 16 octobre 2019, 700 000 litres de lait ont dû être jetés quotidiennement par mesure de précaution. « Le lait détruit a été indemnisé à hauteur du prix réel normalement versé par les laiteries sur cette période. Les 3,5 millions d’euros avancés par le Cniel ont été remboursés par Lubrizol il y a un mois », indique le président. Du côté des transformateurs, également contraints de se défaire d’une partie de leurs stocks, « les modalités d’indemnisation sont en cours de traitement avec Lubrizol. »

Des procédures à améliorer

Le plan de soutien proposé par le Cniel a reçu l’aval des autorités françaises et européennes le 3 octobre 2019, avec effet rétroactif au 26 septembre. « L’aide est arrivée rapidement, mais uniquement parce que l’interprofession a présenté la solution sur un plateau d’argent, pique Thierry Roquefeuil. Si la destruction du lait avait duré plus longtemps, il nous aurait été difficile d’indemniser la totalité du préjudice. Et attendre les versements de Lubrizol ou des assurances n’était pas envisageable, les producteurs n’ont pas tous un ou plusieurs mois de trésorerie en stock. »

> À lire aussi : Premiers versements des indemnisations aux agriculteurs (14/11/2019)

Autre défaillance pointée du doigt, le zonage des communes à risque. « Certaines communes ont été ajoutées à la zone rouge plusieurs jours après l’incendie, et le lait collecté entre temps a potentiellement contaminé des cuves entières, note Thierry Roquefeuil. Il aurait été préférable d’avoir un zonage plus large dès le début, quitte à le resserrer ensuite, plutôt que l’inverse. »

Enfin, le président du Cniel insiste sur la responsabilité des sites industriels classés Seveso et la nécessité de travailler sur la prévention des risques associés. « Il est demandé aux producteurs laitiers de produire l’alimentation sur la ferme et de mettre les vaches au pâturage. Ces pratiques sont totalement dépendantes de l’environnement de l’élevage, ce qui fait que nous subissons de plein fouet les effets collatéraux de ce type d’aléa. »

Alexandra Courty
Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER