S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Flore bactérienne Le choix de la pulvérisation

réservé aux abonnés

Dans la lutte biologique engagée contre la dermatite et le fourchet, le recours à la flore bactérienne vise à concurrencer les bactéries du tube digestif à l’origine des contaminations. Cette option représente une alternative aux antibiotiques, même si aucun cas de résistance n’a encore été relevé. La société GBP environnement propose une formule appelée Bactivor, associant des bacté...
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
43%

Vous avez parcouru 43% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

Dans la lutte biologique engagée contre la dermatite et le fourchet, le recours à la flore bactérienne vise à concurrencer les bactéries du tube digestif à l’origine des contaminations. Cette option représente une alternative aux antibiotiques, même si aucun cas de résistance n’a encore été relevé. La société GBP environnement propose une formule appelée Bactivor, associant des bactéries lactiques et des bacillus sélectionnés pour leur capacité à transformer les déchets organiques. « Elles ne s’attaquent pas à la lésion, mais à l’instar des solutions prévues pour une fosse septique, elles se nourrissent des bouses, facilitant ainsi la cicatrisation à l’air libre, et elles colonisent la peau, ce qui entraîne une baisse de pH défavorable à la survie des bactéries pathogènes », explique Yannick Berraute, concepteur du Bactivor.

Ce produit se présente sous forme congelée, à diluer dans l’eau pour une pulvérisation automatique en robot de traite ou manuellement avec un petit pulvérisateur.

Le protocole :

pulvérisation sur les membres postérieurs tous les jours pendant cinq jours ;

puis une fois par semaine ;

puis une fois toutes les trois semaines.

Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
Cet article est paru dans L'Éleveur Laitier
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

En réassort

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER