S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

OP : un travail de fourmis

réservé aux abonnés

En toutes choses, la critique est facile. L’engagement beaucoup moins. Parties de rien il y a à peine six ans, les organisations de producteurs peinent à faire la preuve de leur efficacité, tant les attentes sont grandes, en particulier sur le prix du lait.
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
32%

Vous avez parcouru 32% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !
Par Pascale Le Cann grand reporter

En toutes choses, la critique est facile. L’engagement beaucoup moins. Parties de rien il y a à peine six ans, les organisations de producteurs peinent à faire la preuve de leur efficacité, tant les attentes sont grandes, en particulier sur le prix du lait.

Le bilan est très inégal et donc plutôt mitigé. Mais pouvait-on espérer autre chose alors qu’elles n’ont pu naître que deux ans après l’arrivée des contrats qu’elles étaient censées négocier  ? Outre ce boulet, elles doivent affronter le double jeu du syndicalisme qui a perdu l’une de ses grandes missions, et cherche à se replacer. Et que dire de la résistance de certaines laiteries qui ont bien du mal à reconnaître leur légitimité et voudraient continuer à tout décider  ? N’oublions pas que les OP, ce sont d’abord des éleveurs qui se retrouvent seuls avec leurs ­convictions face à des as de la négociation qui connaissent tout des marchés laitiers. Des éleveurs portant la responsabilité de répondre aux attentes de ceux qui les ont élus et qui s’impatientent. Un peu comme les administrateurs de coopératives, en fait.

L’essentiel du travail des OP s’est fait dans l’ombre. Construire, apprendre, s’informer, réfléchir à des stratégies. Tout cela prend du temps. Les espoirs d’un soutien fort à travers les EGA s’amenuisent. Car si les discours politiques vantent les OP, les actions restent rares.

Pour que ça marche, il faudra aussi que les éleveurs sortent de l’attentisme et proposent des idées. Les OP ne peuvent être autre chose que ce qu’ils en font.

Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
Cet article est paru dans L'Éleveur Laitier
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

En réassort

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

En réassort

AJOUTER AU PANIER