S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

« Où iront nos porcs si un abattoir ferme à nouveau ? »

réservé aux abonnés

 -
Pour faire face au risque de report des enlèvements en cas de fermeture d’un abattoir, le syndicat Jeunes Agriculteurs du Finistère demande une révision de la convention du Marché du porc breton (MPB). © Sébastien Champion

Face au risque de report des enlèvements en cas de fermeture d’un abattoir, le syndicat Jeunes Agriculteurs du Finistère plaide pour une révision de la convention du Marché du porc breton (MPB). Il veut y inclure une « affectation automatique » du quota d’un abattoir qui serait « dans l’impossibilité d’assumer sa responsabilité. »

« Nous subissons déjà des problèmes de fluidité dans les enlèvements de nos porcs, alors nous voulons sécuriser les choses », assure Sébastien Lamour, président du bureau en charge du dossier sur le porc de Jeunes Agriculteurs (JA) du Finistère (29).
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
30%

Vous avez parcouru 30% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

« Nous subissons déjà des problèmes de fluidité dans les enlèvements de nos porcs, alors nous voulons sécuriser les choses », assure Sébastien Lamour, président du bureau en charge du dossier sur le porc de Jeunes Agriculteurs (JA) du Finistère (29).

Dans un communiqué diffusé le 3 août 2020, le syndicat mentionne la fermeture de l’abattoir de Kermené, en mai 2020, « révélateur de notre vulnérabilité ». « L’impact n’a pas été aussi fort que la fermeture de l’outil de Tonnies en Allemagne [l’un des plus importants d’Europe, NDLR], tempère Sébastien Lamour. Mais nous devons faire face au risque sanitaire. Où iront nos porcs si un abattoir ferme à nouveau en France ? »

> À lire aussi : Abattoirs, les experts suggèrent un « dépistage systématique » du Covid-19 (06/08/20)

« Le MPB protège tous les acteurs de la filière »

JA du Finistère défend ainsi une « assurance Covid » dans la convention du Marché du porc breton (MPB), visant à instaurer « l’affectation automatique du quota de l’abattoir dans l’impossibilité d’assumer sa responsabilité aux autres outils. […] Chaque acteur doit agir en responsabilité pour assurer la continuité de la chaîne alimentaire et garantir la bientraitance des éleveurs et de leurs animaux », appuie le syndicat.

Pour François Pot, président du MPB, « il est important de comprendre pourquoi les règles qui régissent aujourd’hui le fonctionnement du cadran sont établies. J’ai invité les membres du bureau en charge du dossier sur le porc de JA 29 à venir au marché pour discuter. » Et de souligner qu’« aujourd’hui, le MPB protège tous les acteurs de la filière ».

> À lire aussi : Le Covid-19 provoque des retards d’enlèvement des porcs (04/06/20)

V. Gu.
Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

En réassort

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER