S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Dossier. Climat, échanges internationauxFaire face à de nouveaux organismes nuisibles

réservé aux abonnés

 - -->

La multiplication des échanges commerciaux, la progression du tourisme international, les migrations et le changement climatique font partiedes facteurs qui induisent la propagation des organismes nuisibleset des maladies des végétaux dans de nouvelles régions du monde.

La santé des végétaux peut paraître secondaire. Mais à bien y regarder, s’y atteler est de la plus grande importance. Ainsi, la FAO (Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture) rappelle que les organismes nuisibles et les maladies des végétaux entraînent, chaque année, la destruction de 40 % des cultures vivrières et des pertes commerciales agricoles supérieures à 220 ...
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
1%

Vous avez parcouru 1% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

La santé des végétaux peut paraître secondaire. Mais à bien y regarder, s’y atteler est de la plus grande importance. Ainsi, la FAO (Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture) rappelle que les organismes nuisibles et les maladies des végétaux entraînent, chaque année, la destruction de 40 % des cultures vivrières et des pertes commerciales agricoles supérieures à 220 milliards de dollars. Sur le plan économique, les maladies des plantes coûtent environ 220 Mds$ par an à l’économie mondiale et les insectes nuisibles à peu près 70 Mds$.

Le nématode du pin, l’agrile du frêne, la mineuse de la tomate, Drosophyla suzukii, la bactérie Xylella fastidiosa… sont quelques exemples de minuscules organismes qui ont provoqué des dégâts considérables. « Les ravageurs arrivent soit comme contaminants de plantes, dont le commerce a explosé au cours de ces dernières décennies, soit comme passagers clandestins dans des containers qui n’ont pas de valeur biologique pour eux », soulignait Alain Roques, directeur de recherche à l’Inra, en 2018 sur France Inter à la suite d’une conférence internationale sur le thème, intitulée « Impact du changement global sur l’émergence des maladies et des ravageurs des plantes en Europe » (1). Selon lui, leur établissement s’est accéléré durant les quarante dernières années : depuis les années quatre-vingt-dix, une quinzaine d’espèces s’installent, en moyenne, chaque année en Europe.

Année internationalede la santé des végétaux

Il est donc apparu plus que légitime, en décembre 2018, que l’assemblée générale de l’ONU (Organisation des Nations unies) proclame 2020 « Année internationale de la santé des végétaux ». Le but : sensibiliser l’opinion publique à la manière dont la protection de la santé des plantes contribue à éliminer la faim, à réduire la pauvreté, à préserver l’environnement et à doper la croissance économique. Rappelons d’ailleurs qu’à cette occasion, la santé des végétaux a été définie comme « la discipline où l’on a recours à différentes mesures pour lutter contre des organismes nuisibles, des mauvaises herbes et des organismes pathogènes, et prévenir leur dissémination dans de nouvelles zones, en particulier par le biais d’interactions humaines comme le commerce international ».

« Comme pour la santé humaine, la protection des végétaux contre les parasites et maladies est beaucoup plus rentable que de faire face à des urgences sanitaires graves, souligne la FAO. Une fois installés, les bioagresseurs sont souvent impossibles à éradiquer. » Or, en général, quand de nouveaux ennemis sont introduits dans nos pays, ils se retrouvent confrontés à des plantes qui n’ont pas évolué avec eux et n’ont donc pas développé de système de défense. Ces nouvelles espèces émergentes ne sont pas non plus soumises à une régulation naturelle. Il faut garder à l’esprit que, la plupart du temps, ces dernières ne provoquent pas de dégâts dans leur pays d’origine. Cela complique d’autant plus la prévention de leur introduction mais aussi la lutte dans nos états.

Intensificationdes échanges

Un des principaux facteurs expliquant cette « explosion » est l’intensification des échanges mondiaux. « La circulation des végétaux, quel que soit le mode de transport, à des fins commerciales ou non, favorise celle des agents pathogènes », insiste l’Anses.

La valeur annuelle des échanges de denrées agricoles a quasiment triplé au cours des dix dernières années. « Sous l’effet de la croissance démographique et de l’évolution des régimes alimentaires et des revenus, la demande de produits alimentaires devrait augmenter de 70 % d’ici 2050 », a indiqué Jingyuan Xia, secrétaire de la Convention internationale pour la protection des végétaux, en 2018 lors du colloque consacré à ce sujet. Il a également informé que le nombre de personnes vivant en dehors de leur pays de naissance est plus important que jamais dans l’Histoire, avec des migrants internationaux qui représenteraient le cinquième pays le plus peuplé du monde si tous vivaient au même endroit. Lorsque les gens se déplacent, ils apportent souvent un produit local qui peut déjà être infesté par un phytoravageur. Tous ces facteurs induisent la propagation des organismes nuisibles dans de nouvelles régions.

Haussedes températures

à cela s’ajoute le réchauffement climatique actuel, sur lequel le scepticisme n’est plus de mise. Selon le Groupement d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (Giec), « le réchauffement pourrait atteindre 1,5 °C entre 2030 et 2052 s’il se poursuit à son rythme actuel ». La hausse des températures modifie de plus les relations entre ravageurs, plantes et agents pathogènes. Avec des hivers moins rigoureux, par exemple, la persistance d’un plus grand nombre d’espèces de ravageurs provenant de climats plus chauds est possible.

La France, carrefour géographique, est ainsi confrontée à l’installation de ravageurs et de pathologies des plantes venant de pays voisins mais aussi d’outre-mer. Ces organismes nuisibles trouvent sur le territoire métropolitain les conditions climatiques idéales à un développement rapide. Le même phénomène s’observe à l’échelle de l’Europe où l’on voit apparaître, par exemple en Méditerranée, des pathologies d’origine tropicale.

Concernant les bioagresseurs déjà présents, on remarque que les modifications de climat multiplie les générations et étendent leur zone d’action. Leur aire de répartition potentielle augmente petit à petit dans des latitudes et des altitudes plus élevées. La sésamie, inféodée au sud-ouest de la France, est observée tous les ans dans le Val de Loire. Elle est considérée comme un indicateur biologique révélateur du réchauffement climatique.

Enfin, la modification des systèmes de production agricole représente un dernier facteur de risque. « En Europe, l’évolution des politiques publiques tend à favoriser une approche agro-écologique des pratiques parallèlement à une réduction des intrants chimiques dans les zones agricoles comme non agricoles, a rappelé Roger Genet, directeur de l’Anses. Or, cela peut avoir un impact sur l’émergence des maladies et des insectes ravageurs au même titre que celui lié aux systèmes de production agricole artificielle et intensive. »

(1) Organisée par l’Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnementet du travail), l’Efsa (Autorité européenne de sécurité des aliments) et l’OEPP (Organisation européenneet méditerranéenne pour la protection des plantes).

Céline Fricotté et Vincent Thècle

Aujourd’hui, la plupart des organismes nuisibles présentsen Europe proviennent de Chine, pays avec lequel les échanges commerciaux sonten pleine croissance. © Redux-Agence Rea
Voyageurs, l’import de végétaux est très réglementé

Les deux derniers cas de Xylella fastidiosa, découverts début septembre sur des oliviers en région Paca, montrent la nécessité d’informer le grand public de l’importance de ne pas rapporter de végétaux dans ses bagages.

Ainsi, plusieurs campagnes de communication, présentes notamment dans les aéroports, rappellent aux voyageurs que l’importation des végétaux dans leurs affaires est strictement réglementée. L’introduction et la propagation des organismes nuisibles peuvent avoir lieu à cette occasion. Or, leur élimination est difficile, voire impossible une fois introduits. Il ne faut pas revenir avec de la terre, du feuillage, des semences, du bois, des écorces, des boutures et des racines.

Le ministère de l’Agriculture souligne toutefois que pour les végétaux dont l’introduction dans l’Union européenne exige un certificat phytosanitaire, les voyageurs bénéficient d’une exemption pour de petites quantités uniquement. Sont autorisés dans la limite de cinq kilos ou cinq unités, des fruits et légumes frais (excepté les agrumes), des racines ou rhizomes comestibles, de l’écorce destinée à un usage culinaire ou médical et, dans la limite de quinze tiges, des fleurs coupées, des légumes « feuilles » ou des plantes aromatiques.

Le ministère ajoute qu’une liste de végétaux interdits d’importation sera adoptée à l’automne 2019. Une autre liste de plantes à haut risque a d’ores et déjà été établie dans le règlement d’exécution 2018/2019 UE, où il n’existe pas d’exception pour de petites quantités.

À savoir

Un organisme nuisible a, par définition, un développement et une activité considérés comme négatifs pour l’homme et les activités humaines. La CIPV (Convention internationale pour la protection des végétaux) le définit comme « toute espèce, souche ou biotype de végétal, d’animal ou d’agent pathogène nuisible aux végétaux ou produits végétaux ».

Statuts à part pour les plantes invasives

Parmi les végétaux, il existe quelques espèces parasites. à titre d’exemple, l’orobanche rameuse fait partie de la liste des organismes nuisibles contre lesquels la lutte n’est pas obligatoire sur le territoire français. Quoi qu’il en soit, la flore n’est souvent pas nuisible pour la santé des végétaux mais plutôt invasive, avec des conséquences écologiques, économiques et sanitaires négatives. Des espèces comme l’ambroisie à feuilles d’armoise (Ambrosia artemisiifolia) sont nuisibles pour notre santé. Ses grains de pollen provoquent des allergies plus ou moins sévères. Mais pour cette dernière, il a fallu attendre 2016 et la modernisation du système de santé pour avoir un dispositif réglementaire national spécifique de lutte.

Quant à la Berce du Caucase (Heracleum mantegazzianum), qui cause de graves brûlures par simple contact de la sève, elle appartient aux espèces exotiques envahissantes (règlement d’exécution européen n° 1143/2014 2014). L’Union européenne s’est en effet dotée d’une réglementation spécifique depuis 2014. On retrouve également dans la liste la jussie invasive, mais aussi le ragondin ou le frelon asiatique.

Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
Cet article est paru dans L'Éleveur Laitier
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

test

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

En réassort

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER