S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Dossier. « Je sème un maïs très précoce derrière une orge »

réservé aux abonnés

 - -->
Qualité. , indique Fabrice. © j.p.

Pour conforter ses stocks, Fabrice Goy, dans le Rhône, sème du maïs comme culture dérobée estivale. Un fourrage de bonne valeur alimentaire, avec un rendement de 10 à 12 tonnes de MS.

Dans les monts du Lyonnais, depuis maintenant cinq ans, Fabrice Goy sème un maïs très précoce en culture dérobée entre deux céréales. Ce sont des variétés dotées d’un indice de précocité de 140 à 180, récoltées après seulement cent jours de végétation à partir de mi-octobre. « J’ai réalisé un premier test pour faire du...
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
1%

Vous avez parcouru 1% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

Dans les monts du Lyonnais, depuis maintenant cinq ans, Fabrice Goy sème un maïs très précoce en culture dérobée entre deux céréales. Ce sont des variétés dotées d’un indice de précocité de 140 à 180, récoltées après seulement cent jours de végétation à partir de mi-octobre. « J’ai réalisé un premier test pour faire du stock complémentaire, à la suite d’une mauvaise levée de mon maïs classique, se souvient l’éleveur. Pour une dérobée estivale, les rendements se sont révélés plus intéressants qu’un sorgho multicoupe, c’est-à-dire 10 à 12 tonnes de MS/ha chaque année d’un fourrage de bonne valeur alimentaire à destination des laitières. » Cette pratique implique deux dates de semis et deux dates de récolte pour le maïs ensilage. Mais, avec le ray-grass d’Italie, elle offre l’opportunité d’intensifier la production par hectare, dans un système zéro-pâturage. Les 4 ha de maïs dérobé semés chaque année sont stockés dans un silo dédié et participent à l’autonomie de l’exploitation sur la base d’un chargement de 1,92 UGB/ha de SFP.

« Chaque jour compte pour permettre au maïs d’arriver à maturité ! »

Concrètement, Fabrice prend en compte le potentiel de ses sols pour adapter les variétés­ de maïs et le choix des indices de précocité. À quelque 400 mètres d’altitude, l’éleveur bénéficie de conditions particulièrement favorables : des terres profondes, limono-argileuses, de bon potentiel agronomique, mais lourdes. Dans ces parcelles, il implante chaque année l’équivalent de 25 ha de maïs d’indice 280 à 300, entre le 25 avril et le 10 mai au plus tard, soit un chantier de récolte programmé début septembre avec des rendements de l’ordre de 15 tMS. « Malgré un potentiel de rendement supérieur, je ne cultive pas de variétés plus tardives pour éviter de récolter en conditions humides dans ces terres lourdes. C’est aussi pour cette raison qu’il est difficile d’envisager la production de maïs grain. »

Les maïs dérobés, eux, sont cultivés dans des parcelles de coteaux bien exposées, de moindre potentiel, mais qui ressuient plus facilement. Ils sont semés fin juin, début juillet, derrière une orge, le plus rapidement possible après la moisson. « Il ne faut pas attendre, prévient l’éleveur. Chaque jour compte pour permettre au maïs d’arriver à maturité et bénéficier de la fraîcheur du sol à l’implantation. » Dans la pratique, il conseille de ne pas dépasser le délai d’une semaine entre la moisson et le semis, ce qui doit laisser le temps de presser la paille, de préparer et de fumer le sol.

Après la récolte mi-octobre, là aussi il ne faut pas attendre : dès le lendemain du chantier d’ensilage, Fabrice prépare le sol en vue d’un nouveau semis d’orge d’hiver à j + 2. Dans le cadre de cet itinéraire technique, Fabrice a utilisé, en 2018, un maïs d’indice 180 et a récolté 120 tonnes brutes sur 4 ha, malgré un déficit hydrique très marqué début juillet. « Pendant la première quinzaine de juillet, les températures sont montées au-delà de 40 °C, sans une goutte d’eau. Le maïs a bien levé, il a poussé, résisté à la canicule puis il a su profiter des orages du mois d’août. »

Prudent, Fabrice souscrit néanmoins une assurance aléas climatiques pour ses cultures, d’abord contre le risque de grêle, mais aussi contre la sécheresse.

Ensilé dans un silo dédié, ce maïs dérobé est utilisé en début d’hiver comme stock de report. En 2018, il affiche une teneur élevée en amidon et une valeur énergétique de bon niveau, suffisante pour la ration de base d’un troupeau holstein à plus de 11 000 litres de lait de moyenne. L’hiver dernier, il a, par exemple, permis de maintenir le niveau d’étable d’un troupeau à 5,5 mois moyens de lactation, à 36 litres de lait par vache et par jour. La ration complète, équilibrée à 35 kg de lait, se composant alors de : 30 à 35 kg bruts de maïs ensilage dérobé, 8 kg d’ensilage de première coupe de ray-grass d’Italie diploïde semé en septembre et récolté avant un maïs, 500 grammes de foin, 1 kg de blé, 2 kg de maïs grain, 1,6 kg de tourteau de soja, 2 kg de tourteau de colza, 1 kg de tourteau tanné et 1 kg de graines de lin.

Ces maïs ne sont pas réservés au sud de la France

Dans la même logique de culture dérobée, ces maïs se développent pour l’alimentation des méthaniseurs, pour des semis tardifs­ derrière une culture légumière ou le retournement d’une prairie. Selon le semencier KWS France, ces variétés dites « ultra-précoces­ » (d’indices 150 à 200) ne sont pas réservées au sud de la France : la variété Autens utilisée par Fabrice a, par exemple, un besoin en somme de températures de 1 200 °C, c’est-à-dire 500 °C de moins qu’une variété demi-tardive.

« Sur nos parcelles d’essais près de Beauvais, dans l’Oise, cette somme de températures est atteinte huit années sur dix entre le 25 juin et le 31 octobre. La moyenne étant de 1 254 °C au cours de cette période, indique Jean-Philippe Cochet, responsable de produit chez KWS. Compte tenu du réchauffement climatique, on peut penser que cette opportunité va se répéter d’année en année. À condition de semer le plus vite possible, le jour même ou le lendemain de la moisson, et de pouvoir bénéficier de 20 mm de précipitations pour la levée. »

Jérôme Pezon
Silo de report. Le maïs est stocké dans un silo dédié de 8 mètres de large. © j.p.
L’avis de…
« Étaler les dates de floraison pour sécuriser les stocks » L’avis de… Alexandre Batia, conseiller Rhône Conseil Élevage

« Dans un contexte de réchauffement, le maïs reste un pilier du système fourrager. Mais il est très sensible au pic de chaleur au moment de la floraison, un stade déterminant pour la formation des grains. Or, on ne sait pas quand va intervenir la canicule. Face à cette incertitude, l’idée est de semer des maïs avec des indices de précocité différents afin d’étaler les floraisons et ainsi de diluer le risque d’une mauvaise récolte. Dans le Rhône, cela implique deux périodes de semis : une avec des variétés tardives semées avant le 1er mai (indice 340). Elles bénéficient du réchauffement des températures pour offrir plus de potentiel de rendement. Et une autre avec des variétés plus précoces semées début juin, voire des variétés très précoces (indice 180) derrière une orge, sur des parcelles bien exposées. Ces maïs, implantés en culture dérobée, offrent une option supplémentaire pour sécuriser les stocks avec un fourrage de qualité. La règle est de semer le plus vite possible après la moisson, afin de bénéficier de la fraîcheur du sol et parce que chaque jour gagné est essentiel pour permettre l’arrivée à maturité du maïs. »

    Analyse chimique

    Matière sèche (MS) : 40,1 %

    Amidon : 33,8 %

    MAT : 7,2 %

    Cellulose brute : 16,8 %

    DT amidon : 76 %

    Valeur alimentaire/kg MS

    UFL : 0,93

    UEL : 0,90

    DMO : 74,4

    PDIN : 44

    PDIE : 65

    PDIA : 16

    Le maïs « dérobé » de 2018 se caractérise par une récolte réalisée tardivement, à un taux de MS élevé qui pénalise un peu la digestibilité de l’amidon (DT). La digestibilité (DMO) du fourrage reste néanmoins dans la norme et la valeur UF très satisfaisante.

Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
Cet article est paru dans L'Éleveur Laitier
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

test

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

En réassort

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER