S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Les maïs dentés farineux m3 de Pioneer évalués

 - -->
Bénéfice. En 2016 à Grignon (Yvelines), le rendement supplémentaire et le gain de lait et de taux liés au m © d.grémy

Expérimentation. Deux essais conduits à la ferme d’AgroParisTech valident l’écart de rendement comparé à des maïs cornés dentés. La grande richesse en amidon s’exprime aussi dans les résultats. La digestibilité des fibres est plus difficile à apprécier.

En 2016 apparaissait un nouveau type de maïs hybride appelé denté farineux issu de la sélection Pioneer sous la marque m3 ( « m cube »). Sa souche est une génétique dentée qui a été rendue plus précoce et plus digestible. Sa particularité : elle peut s’ensiler jusqu’à 38-40 % de MS pour plus de souplesse à la récolte. À ce stade de maturité, la...
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
6%

Vous avez parcouru 6% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

En 2016 apparaissait un nouveau type de maïs hybride appelé denté farineux issu de la sélection Pioneer sous la marque m3 ( « m cube »). Sa souche est une génétique dentée qui a été rendue plus précoce et plus digestible. Sa particularité : elle peut s’ensiler jusqu’à 38-40 % de MS pour plus de souplesse à la récolte. À ce stade de maturité, la plante a continué d’accumuler de l’amidon afin de gagner en rendement. Pioneer annonce 1 à 2 t de MS/ha supplémentaires. Potentiel réalisable avec un corné denté, mais qui présenterait alors un amidon vitrifié peu accessible aux ruminants. À l’inverse, les maïs dentés farineux conservent, à maturité élevée, un amidon tendre, donc très digestible. Et, cerise sur le gâteau, la génétique m3 a été travaillée pour atteindre un stay green suffisant de l’appareil végétatif, capable d’offrir une digestibilité des fibres importante et une bonne conservation au silo. « Car c’est bien la richesse en amidon supérieure qui permet cette teneur en MS élevée », insiste Loïc Aubry, chez Pioneer.

Les annonces du semencier sont séduisantes, si l’on compare à un corné denté : plus de rendement (+ 1 à 2 t de MS/ha), plus d’amidon (+ 1 à 5 %), plus d’amidon digestible (+ 25 %), soit + 100 à 200 €/ha. Ajoutons à cela une plus grande souplesse à la récolte, des grains faciles à éclater, avec un amidon digestible dès l’ouverture du silo à l’automne. Des qualités qui demandaient une validation du terrain, notamment sur le comportement agronomique et les qualités nutritionnelles des hybrides m3. Deux essais conduits à la ferme d’AgroParisTech, à Grignon (Yvelines) en 2016, puis en 2018, apportent des informations objectives sur les performances agronomiques et zootechniques.

+ 3 tonnes de matière sèche par hectare d’écart

Le premier essai a comparé l’hybride denté farineux P8500 à un témoin corné denté de même classe de précocité. Ce dernier a été ensilé le 26 août à 33 % de MS, avec un rendement de 13 t de MS. À ce stade de récolte habituelle d’un ensilage de maïs, on observait déjà un rendement supérieur de 1,2 t pour le P8500 (14,2 t/ha). Quatorze jours plus tard, le 9 septembre, il atteignait la maturité recherchée à 39,1 % de MS avec un rendement de 16 t de MS/ha. Donc 3 t de MS supplémentaires pour le denté farineux récolté à sa maturité optimale. Pour info, à ce stade plus tardif, le corné denté n’avait gagné que 0,8 t, à 13,8 t de matière sèche par hectare.

Plusieurs analyses ont été effectuées en vert et après conservation. PierreHenri Pomport, directeur adjoint de la ferme de Grignon, insiste sur une interprétation prudente de ces données du fait d’un manque de fiabilité. Néanmoins, on peut observer une moindre dessiccation du P8500 par rapport au témoin. Même avec 6 points de MS supplémentaires, cela se traduit par une dNDF (digestibilité de la fibre) supérieure de 5 %. Sans surprise, l’hybride denté est beaucoup plus riche en amidon et plus pauvre en cellulose. Au final, l’écart de production d’UFL par hectare est très net : 12 740 pour le témoin, contre 15 520 pour le P8500.

Un peu plus de lait, mais surtout plus d’ingestion

L’essai zootechnique s’est réalisé sur dix semaines avec deux lots homogènes de 30 vaches. L’un recevait l’ensilage maïs témoin ensilé à 33 % de MS, l’autre l’ensilage de P8500 à 39,1 % de MS. À part cela, les rations étaient strictement identiques avec 53 % d’ensilage maïs, 12 % de maïs épi, 9 % d’ensilage luzerne et 4 % de foin de luzerne. Le correcteur azoté est uniquement du tourteau de colza.

Le premier résultat marquant fut la différence d’ingestion entre les deux lots en faveur du lot m3 : + 2,8 kg de MS/j/VL. « La teneur en MS a un effet positif sur l’ingestibilité du maïs ensilage. La teneur en amidon lent du fait d’une récolte plus tardive accélère aussi le transit, et donc le niveau d’ingestion », explique Pierre-Henri Pomport. La production laitière à 33,5 kg/VL/jour est significativement supérieure de 0,8 kg par rapport au témoin. Idem pour le TP : + 0,7 g/l. Mais le phénomène est inverse pour le TB : - 1 g/l ce qui correspond à une ration plus riche en amidon. La synthèse de matière protéique reste plus élevée alors qu’il n’y a pas de différence sur la synthèse de matière grasse. « D’un point de vue zootechnique, l’efficacité alimentaire s’est dégradée à cause de l’ingestion plus élevée sur le lot P8500 », note Pierre-Henri Pomport. Il faut noter que le profil en acide gras du lait diffère en faveur du lot expérimental avec davantage d’acides gras poly-insaturés et moins d’acide palmitique.

Une marge brute améliorée dans tous les cas

Avec l’outil de simulation Perf’Agro, AgroParisTech a aussi voulu évaluer l’intérêt économique du P8500 en utilisant les données de l’expérimentation et celles de la ferme de Grignon : soit 190 vaches, 1,7 Ml de lait vendus, 377 ha dont 88 ha d’ensilage maïs et 100 ha de prairies, etc. Quels que soient les scénarios : production de lait constante ou en augmentation, l’usage de l’hybride P8500 augmente la marge brute de la ferme de Grignon. Le principal levier est la hausse de rendement de 3 t de MS/ha qui permet de réduire la surface en maïs ensilé pour augmenter la surface en SCOP de + 19 à + 24 ha selon les scénarios. Les ventes de céréales augmentent donc de 17 000 à 23 000 €. Les ventes de lait progressent aussi : + 15 000 € si l’on intègre une hausse des livraisons de 2,4 % et une composition améliorée (+ 2 100 €). « L’introduction du maïs ensilage P8500 améliore la marge brute de l’exploitation dans tous les scénarios entre 2,5 et 3,9 %, sous l’effet de la hausse des ventes des cultures, la baisse du coût de production du maïs ensilage (- 14 €/t de MS) dû à la hausse du rendement mais aussi la hausse du produit lait. Au niveau de l’atelier lait, la marge sur coût alimentaire s’améliore de 7 à 10 €/1 000 l. »

À 42 % de MS, pas d’effet sur le lait

Toujours à la ferme expérimentale de Grignon, un deuxième essai a été conduit en 2017-2018 avec un protocole similaire au précédent, mais en utilisant un autre hybride m3 et des rations intégrant 10,6 kg de matière sèche d’ensilage de maïs. La culture du maïs a connu des conditions froides après le semis et un été sec, conduisant à un stress hydrique important dès la fin juillet.

Mais la particularité de l’essai est une récolte beaucoup trop tardive pour les deux hybrides comme cela se produit trop souvent chez les éleveurs. Au 31 août, le corné denté a été récolté à 36 % de matière sèche pour un rendement de 15,1 t de MS/ha. Le 12 septembre, le P8888 atteignait 17,1 t de MS/ha avec 42 % de MS, beaucoup trop sec aussi. La hausse de rendement est donc de 2 t de MS/ha entre le témoin et le m3 à douze jours d’intervalle. Les résultats zootechniques sont assez différents du précédent essai. Ici l’ingestion est similaire entre les deux lots et l’efficacité alimentaire est quasiment identique. De l’analyse statistique, il ressort que la distribution d’environ 45 % d’ensilage de maïs dans la ration à deux lots de 30 vaches laitières n’a pas eu d’impact sur la production laitière brute. De la même manière, aucune différence significative n’apparaît sur le taux protéique et le taux butyreux. Comme précédemment le profil acide gras du lait diffère en faveur du lot essai (m3). L’observation d’une hausse de la teneur en lactose et d’une moindre teneur en BHB laisse supposer l’augmentation de la production de propionate ruminal. Elle s’expliquerait par une plus forte quantité d’amidon dégradée dans le rumen pour le lot m3 permise par une dégradabilité plus importante de l’amidon ou simplement par plus d’amidon. Logique pour un denté farineux à ce stade de maturité.

Moins d’émissions de méthane

Dans un essai parallèle à celui-ci, AgroParisTech a mesuré l’effet de ces deux maïs ensilage sur les émissions de méthane entérique. La baisse des rejets de méthane observée est de 5 % par jour et de 7 % par kilo de matière sèche ingérée avec le P8888. « Cette baisse des émissions de méthane assez significative est cohérente avec l’hypothèse d’une augmentation de la production de propionate dans le rumen », conclut Pierre-Henri Pomport.

La simulation Perf’Agro appliquée à l’utilisation du maïs P8888 a permis aussi une amélioration de la marge brute de 1,8 % sous l’effet de la hausse des cultures de vente, la baisse du coût de production du maïs ensilage (- 10,70 €/t de matière sèche). Cela est intégralement le fait de la hausse du rendement puisque la production laitière n’a pas augmenté. La marge sur coût alimentaire s’est améliorée de 3 à 5 €/1 000 litres.

Dominique Grémy
À gauche, un grain corné denté vitreux, à droite, un denté farineux m © Pioneer
Choix. Les dentés m © d.gremy
4 questions à…
« La génétique dentée privilégie le développement racinaire pour passer les stress hydriques »« Les hybrides m3 ont fait la démonstration de leur souplesse notamment en matière de date de récolte » 4 questions à… Loïc Aubry, Pioneer

Avec davantage d’amidon digestible et une digestibilité de la fibre préservée, on attendait­ plus de performances­ laitières­ ?

Loïc Aubry : Les vaches ont réagi différemment sur les deux essais. En 2016, elles font plus de lait mais avec plus d’ingestion, nous aurions peut-être eu encore davantage de lait avec une ration plus riche en protéine car une partie de l’énergie supplémentaire a été perdue. Dans l’essai 2018, nous avons autant de lait même à 42 % de MS. Cela démontre la souplesse des hybrides m3. En 2018, nous avons certes fait autant de lait par vache mais beaucoup plus de lait par hectare.

Ce type d’ensilage très riche en amidon est-il adapté à toutes­ les rations vaches laitières­ ?

L.A. : Oui, si l’éleveur peut piloter la quantité de maïs dans sa ration. Il dispose ensuite de deux leviers pour piloter la quantité d’amidon de l’ensilage : la densité et la maturité à la récolte. Si un éleveur veut un maïs m3 riche en amidon, il sèmera une densité plus faible pour mettre en place des épis plus gros (les m3 sont flexibles, pas les cornés) et il récoltera à maturité. À l’inverse, s’il veut peu d’amidon, il peut maintenir des densités élevées et récolter à un stade plus précoce.

La moindre vigueur au départ souvent évoquée n’est-elle pas un handicap ?

L.A. : Nous entendons cet argument et notre recherche s‘assure que la vigueur végétative est au moins aussi bonne que les témoins cornés-dentés. Mais pour nous, le plus important est le développement racinaire car il est directement lié à la tolérance au stress hydrique et au rendement alors que la vigueur végétative au stade précoce ne l’est pas. La génétique cornée étant adaptée à un environnement avec peu de rayonnements solaires, on aura tendance à privilégier la mise en place des feuilles pour capter les rayons alors que les dentés auront tendance à privilégier les racines pour passer les stress hydriques.

Un ensilage à 38-40 % de MS sera-t-il plus difficile à tasser et à conserver ?

L.A. : Nous avons fait les tests de compaction et nous avons vu des silos mal tassés à 33 % de MS et très bien tassés à 40 % de MS. La densité du grain est de 2,5 fois plus compacte que la fibre. Donc récolter des m3 à maturité du grain avec une plante encore verte permet théori­quement de compacter plus de matière au mètre cube.

Ce qu’il faut retenir

Récoltés très matures à plus de 38 % de MS, les hybrides m3 ne dégradent pas la production de lait et font la différence sur le rendement en matière sèche et leur richesse en amidon.

La production laitière a été significativement plus élevée sur un essai. Mais l’efficacité alimentaire s’est dégradée du fait de l’augmentation des quantités ingérées.

La simulation économique réalisée sur la ferme de Grignon montre que l’augmentation de rendement dope la marge brute de l’exploitation.

Bonus pour les m3 : le profil en acide gras du lait est amélioré et les émissions de méthane entérique sont diminuées. C’est la conséquence de la richesse en amidon.

Trois hybrides sont disponibles dans la gamme m3 de Pioneer : deux précoces (P8333 et P8666) et un demi-précoce (P8888).

Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
Cet article est paru dans L'Éleveur Laitier
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER