S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Sentinelle climatique

réservé aux abonnés

 - -->
Jean-Marc Guigue et son poste météo. La fonction de correspondant météo risque de disparaître : les relevés de pluie se feront automatiquement. © A.B.

Éleveur laitier en Savoie, Jean-Marc Guigue est aussi correspondant Météo-France depuis 1983. Aux avant-postes du changement climatique.

Le rapport du monde agricole au temps qu’il fait est historique. En matière climatique, comme dans les millésimes du vin, certaines années ont marqué la mémoire paysanne : 1906, 1922, 1947.
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
20%

Vous avez parcouru 20% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

Le rapport du monde agricole au temps qu’il fait est historique. En matière climatique, comme dans les millésimes du vin, certaines années ont marqué la mémoire paysanne : 1906, 1922, 1947.

Pour Jean-Marc Guigue, né en 1960, le premier événement climatique marquant fut la sécheresse de 1976. « Les dernières précipitations sont tombées sous forme de neige le 22 avril, et la pluie n’est revenue que le 15 août ! Contrairement aux derniers étés caniculaires, en 1976, nous n’avons jamais eu chaud. Il y a toujours eu un courant de vent du nord », se souvient l’éleveur de Mognard, près d’Aix-les-Bains (Savoie). 1977 fut anormalement pluvieuse. »

À cette époque, où les années sèches et celles pluvieuses se succédaient, on ne parlait pas de changement climatique. Ce n’est qu’en 2003 que la prise de conscience a eu lieu. « Le vrai changement tient dans les canicules. Aujourd’hui, on peut avoir des températures de 36 °C à 38 °C pendant deux semaines. Avec quinze heures de soleil par jour en juillet-août, l’évapotranspiration est phénoménale. La courbe des températures relevées quotidien­nement est en constante progression et les situations météorologiques ont tendance à se figer : des périodes pluvieuses ou sèches peuvent persister plusieurs semaines. Or, le mauvais temps est celui qui dure. »

« Déjà une tension sur l’eau »

Ces chamboulements météorologiques ont entraîné un décalage des travaux agricoles, réclamant de nouveau des adaptations, individuelles et collectives, des agriculteurs. Après le dévelop­pement des séchages en grange, il faut aller plus loin. « Pour rendre nos prairies plus résistantes, nous sommes allés dans la Drôme chercher de nouvelles espèces, apportant de la souplesse, de la productivité l’été quand les dactyles, ray-grass et trèfles blancs disparaissent. Les progrès génétiques du maïs sont un atout : sur nos sols assez profonds, nous sommes surpris de ses capacités à résister au nouveau climat. » Malgré tout, du foncier supplémentaire sera nécessaire pour sécuriser l’avenir des exploitations et assurer quatre à six mois de stocks fourragers. Alors que la population savoyarde augmente de près de 2 % par an, assurer l’espace de vie pour l’agriculture est un sacré enjeu. « Les professionnels ont travaillé pour que les plans locaux d’urbanisme (PLU) soient les plus restrictifs possible en matière de foncier. L’afflux massif de nouvelles populations dans un contexte climatique plus sec génère déjà une tension sur l’approvisionnement en eau. On l’a vu l’été dernier sur le bassin de Chambéry. »

Anne Bréhier
Observations météo. La hauteur de pluie est relevée tous les matins entre 8 h et 9 h. Un cahier est tenu rigoureusement mois par mois avec des commentaires sommaires. © A.B.
Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
Cet article est paru dans L'Éleveur Laitier
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

En réassort

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER