S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Le Modef appelle à une indemnisation des éleveurs

réservé aux abonnés

 -
Certains départements français subissent une sécheresse pour la cinquième année consécutive. ©S. Leitenberger

Le syndicat des exploitants familiaux a adressé un courrier au ministre de l’Agriculture le 11 août 2020. Il réclame l’activation du Fonds national de gestion des risques agricoles, le déclenchement de la réserve de crise par le biais de la Pac et des prix plafonds pour le paille et le foin.

Une cinquième année consécutive de sécheresse qui met à mal la trésorerie des agriculteurs. Face à ce constat, le Modef a adressé un courrier au ministre de l’Agriculture le 11 août 2020, afin que des mesures de soutien soient déclenchées.
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
32%

Vous avez parcouru 32% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

Une cinquième année consécutive de sécheresse qui met à mal la trésorerie des agriculteurs. Face à ce constat, le Modef a adressé un courrier au ministre de l’Agriculture le 11 août 2020, afin que des mesures de soutien soient déclenchées.

« Des prix du foin et de la paille qui flambent »

« La sécheresse frappe toutes les exploitations d’élevage du territoire français avec des récoltes de fourrages et de céréales moyennes. Les éleveurs commencent à puiser dans leurs réserves d’hiver et même à acheter de la nourriture énergétique. Les prix du foin et de la paille flambent, atteignant des prix records jusqu’à 160 €/tonne pour la paille », analyse le syndicat.

Il exige l’activation du Fonds National de Gestion des Risques Agricoles (FNGRA), par le biais du régime des calamités agricoles, « afin d’indemniser les exploitants qui sont confrontés à des pertes de récoltes en raison de la sécheresse ».

Le Modef veut aussi soulever d’autres leviers :

- déclenchement de la réserve de crise agricole par le biais de la Pac, d’un montant de 478 millions d’euros

- mise en place d’un prix plafond 75 €/tonne (transport intégré) pour la paille et 90 €/tonne pour le foin

Solidarité des céréaliers

Le syndicat des exploitants familiaux appelle à la solidarité des céréaliers, pour qu’ils réservent de la paille pour fournir les éleveurs qui en manquent, ainsi qu’à la gratuité des péages autoroutiers pour le transport et à une interdiction du broyage de la paille et de maïs, même s’il reconnaît que cette demande arrive « tard pour la paille cette année ».

Bertille Quantinet

Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

En réassort

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER