S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

La filière laitière cherche des leviers pour installer

réservé aux abonnés

 -
Le 13 novembre 2019, le Cniel et FranceAgriMer ont organisé leur séminaire économique autour de l’installation des jeunes agriculteurs en élevage laitier. © A. Gambarini

Alors que 45 % des producteurs laitiers risquent de partir en retraite d’ici à 10 ans, le Cniel, l’interprofession et FranceAgriMer ont organisé un séminaire autour de l’installation en élevage laitier pour redynamiser la filière.

S’il est un enjeu partagé par tous les acteurs présents l’occasion du séminaire annuel économique organisé par le Cniel et FranceAgriMer ce 13 novembre 2019, c’est bien celui du renouvellement des générations en agriculture. Une ambition commune portée par les producteurs, les coopératives, les distributeurs et les interprofessions.
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
13%

Vous avez parcouru 13% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

S’il est un enjeu partagé par tous les acteurs présents l’occasion du séminaire annuel économique organisé par le Cniel et FranceAgriMer ce 13 novembre 2019, c’est bien celui du renouvellement des générations en agriculture. Une ambition commune portée par les producteurs, les coopératives, les distributeurs et les interprofessions.

Une filière en difficulté depuis 10 ans

Le constat est clair, en système laitier, le nombre de cessations d’activité est plus important que le nombre d’installations. En 2018, seulement un tiers des exploitations laitières disponibles ont été reprises, soit environ 200 fermes. Parmi ces installations, un tiers sont dites hors cadre familial, avec une part notable de personnes non issues du monde agricole.

En 10 ans, ce sont 37 % des élevages de bovins laitiers et 19 % des élevages caprins qui ont disparu avec une dynamique différente selon le territoire, le centre de la France et le Sud-Ouest étant les plus touchés. Dans le Sud-Ouest, la moitié des exploitations en système bovins laitiers a disparu en 10 ans. Partout en France, les fermes existantes se sont agrandies, la quantité de litres livrée augmentant de 64,1 % en 10 ans en système bovins laitiers.

Des difficultés pour s’installer et transmettre

Premier fait exposé par le Cniel et transposé à l’agriculture en général, la filière herbivore souffre d’une perte d’attractivité. Éric Fleury, responsable en charge du lait pour JA, explique que le syndicat œuvre quotidiennement à faire découvrir et à valoriser le métier d’agriculteur en intervenant dans les collèges ou dans les lycées. Le faible revenu des producteurs laitiers est aussi un frein important à l’installation. Des productions plus rémunératrices sont préférées à la production laitière chronophage et aux prix de vente trop bas.

Le Cniel pointe aussi le coût des reprises, où la valeur patrimoniale, plus importante, l’emporte souvent sur la valeur économique. L’actif à reprendre moyen est de 1 070 €/1 000 l modulé « en fonction de la taille de l’entreprise agricole, de la valorisation du lait, explique Nathalie Velay, du CER France. La forme sociétaire contribue notamment à diluer les actifs à reprendre. »

Les montants d’investissement pour modernisation et développement sont eux aussi conséquents (103 000 €/1 000 l pendant 3 ans) et largement supérieurs aux investissements d’une entreprise en vitesse de croisière. Pour les besoins en fonds de roulement, « l’exploitation laitière doit disposer de 80 jours de chiffres d’affaires, explique le CER. Aujourd’hui, 40 % des exploitations sont après trois ans encore justes en trésorerie. »

Des solutions financières

Par la suite d’enquêtes, l’Institut de l’Élevage a rédigé des fiches solutions proposant différents leviers pour faciliter la transmission et l’installation sur la production laitière. Parmi elles, limiter le capital à reprendre en favorisant la location, permettre une reprise progressive par le jeune des parts sociales, adapter les outils financiers existants, ou bien encore faciliter le portage de foncier.

« Des innovations sur des outils financiers sont nécessaires devant la volatilité des prix, la diversité des profils et l’intensité capitalistique, explique Emmanuel Béguin, de l’Institut de l’Élevage. Il y a aussi un véritable travail à mener autour de la formation des jeunes éleveurs en gestion. »

Le travail est aussi mené à petite échelle. C’est le cas, par exemple, de la Fromagerie Paul Dischamp (Puy-de-Dôme) qui a vu son nombre de producteurs baisser de 46 % en 8 ans. Grâce à la mise en place en 2017 d’un dispositif spécifique avec garantie de volume et prix de base minimum sur 7 ans, 26 jeunes se sont installés en production laitière alors que la filière n’attirait plus depuis plusieurs années.

Aujourd’hui, le territoire national compte 52 000 exploitations laitières. D’ici à 2035, le Cniel projette qu’elles ne seront plus que 36 000.

Alessandra Gambarini
Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

En réassort

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER