S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Quel apport minéral pour prévenir les boiteries ?

réservé aux abonnés

 - -->
Yannick Saillard, vétérinaire chez BCEL Ouest (Bretagne Conseil Élevage)

La complémentation minérale enrichie avec de la biotine a-t-elle un intérêt pour renforcer le programme de prévention contre l’apparition des boiteries ?

Un éleveur du Maine-et-Loire

Cet aspect n’est pas à évacuer, mais en matière de lutte contre les boiteries, le premier point à aborder consiste à identifier les lésions prédominantes au sein de son troupeau et les facteurs de risque associés. Il faut retenir que les conditions d’élevage restent la source prépondérante de l’apparition des boiteries, le mode de logement en logettes sur lisier apparaissant clairement comme...
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
16%

Vous avez parcouru 16% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !
réponse de l’expert

Cet aspect n’est pas à évacuer, mais en matière de lutte contre les boiteries, le premier point à aborder consiste à identifier les lésions prédominantes au sein de son troupeau et les facteurs de risque associés. Il faut retenir que les conditions d’élevage restent la source prépondérante de l’apparition des boiteries, le mode de logement en logettes sur lisier apparaissant clairement comme l’environnement le plus à risque, que les lésions soient infectieuses ou non.

Qualité de la corne, intégrité de la peau et immunité

Sur le plan métabolique, une récente étude menée par BCEL Ouest montre que l’acidose est hors de cause. En revanche, une perte d’état excessive en début de lactation entraîne également l’amaigrissement du coussinet graisseux, situé entre l’os et la corne, chargé d’amortir le choc de la marche. Dans ce cas, le déficit énergétique a un effet détériorant sur la santé des pieds, dans des élevages­ où les conditions sont, par ailleurs, satisfaisantes.

Sur le plan alimentaire, la complémentation minérale (Cu, Zn, VitA, VitE, acides aminés soufrés) est également évoquée pour son rôle sur la qualité de la corne. En la matière, une analyse­ de fourrage permet d’évaluer le risque de carence et d’adapter la complémentation. Il s’agit de respecter­ les apports physiologiques recommandés, avec un minéral enrichi en vitamines et oligo­éléments – qui ont aussi un rôle sur l’immunité de l’animal et l’intégrité de sa peau – en vue notamment de limiter le développement de la dermatite digitée. Des essais réalisés aux États-Unis ont montré une baisse des lésions chez les génisses, en lien avec leur biodisponibilité (oligoéléments chélatés). Les apports minéraux concernent donc aussi les élèves dès le post-sevrage.

Une option en prévision d’une période à risque

Investir dans un minéral spécifique intégrant de la biotine est un levier qui peut se justifier dans des conditions d’élevage critiques, où il n’est pas possible de tout corriger, ou en prévision d’une période à risque, par exemple la mise à l’herbe sur des chemins d’accès de mauvaise qualité. La biotine joue en effet un rôle sur la synthèse de la corne. Nous avons peu de retours de terrain­ quant aux effets bénéfiques de son utilisation, mais des essais ont mis en évidence qu’elle la rend plus résistante aux lésions, en particulier celles traumatiques de type ouverture de ligne blanche et autres lésions de fourbure subaiguës. Dans un contexte dégradé, elle peut donc apporter une sécurité supplémentaire, à condition d’anticiper. Car trois mois au minimum sont nécessaires pour obtenir un effet notable sur la qualité de la corne. Si vous décidez d’en employer, il faut donc tenir compte de ce délai et partir sur la base d’une cure prévoyant un apport journalier de 20 mg par vache laitière (ou 10 mg par tarie). Le coût d’une cure de biotine est modéré, de l’ordre de 7 € pour 100 vaches par jour. Dans la pratique, la biotine est incorporée à la formule minérale et associée à d’autres éléments. Elle se présente également sous forme de bolus, afin d’optimiser la synthèse de la corne dans la durée.

Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
Cet article est paru dans L'Éleveur Laitier
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

En réassort

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER