S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Lactalis se rêve numéro un mondial du bio

réservé aux abonnés

 -
Signature de l’accord-cadre entre Lactalis et l’OP Bio Seine et Loire au Space 2019 le 11 septembre. De gauche à droite : Fabien Choiseau, directeur de l’approvisionnement en lait pour la France chez Lactalis, les deux coprésidents de l’OP, et Anne Charlès-Pinault, directrice générale de Lactel. © A. Courty/GFA

Le géant laitier a choisi le Space 2019 pour mettre en avant la signature d’un accord-cadre avec l’Organisation de producteurs (OP) Lait bio Seine et Loire, initiatrice de la nouvelle démarche Lactel « Bio et engagé ».

« Nous avons l’ambition de devenir numéro un mondial sur le marché des produits laitiers bios à relativement court terme », se réjouit Anne Charlès-Pinault, directrice générale de Lactel. Nouvel étendard de la marque : la gamme « Bio et engagé » lancée en juin 2019 après deux années de discussions menées avec les consommateurs et les OP partenaires...
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
42%

Vous avez parcouru 42% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

« Nous avons l’ambition de devenir numéro un mondial sur le marché des produits laitiers bios à relativement court terme », se réjouit Anne Charlès-Pinault, directrice générale de Lactel. Nouvel étendard de la marque : la gamme « Bio et engagé » lancée en juin 2019 après deux années de discussions menées avec les consommateurs et les OP partenaires de la marque.

Rassurer le consommateur

La démarche entend rassurer les consommateurs, prévenir de possibles attaques sur la production laitière bio et valoriser ses producteurs au travers d’un cahier des charges axé sur quatre thématiques principales : alimentation et pâturage, bien-être animal, préservation de la biodiversité et rémunération des éleveurs (5 €/1 000 litres supplémentaires en 2019 et 2020).

« L’ensemble des éleveurs adhérents de l’OP Bio Seine et Loire vont rejoindre la démarche d’ici au 1er janvier 2019 et ceci devrait progressivement s’étendre aux autres éleveurs bio livrant le groupe, soit un total de 570 exploitations pour 180 millions de litres de lait, si la contrainte liée au temps de pâturage est accessible », précise Fabien Choiseau, directeur de l’approvisionnement en lait pour la France chez Lactalis.

A. Courty
Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

Indisponible

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER