S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Un accord-cadre pour l’Unell et Lactalis

réservé aux abonnés

 -
© Christian Watier

Près de trois mois après l’intervention du médiateur des relations commerciales, Lactalis et l’Unell, association d’organisations de producteurs (OP) verticales, se sont finalement accordés sur un accord-cadre le mardi 26 novembre.

L’affaire est faite. « Pleinement inscrite dans les principes des États-généraux de l’alimentation, […] la signature de l’accord-cadre ce mardi 26 novembre est l’aboutissement d’un important travail mené depuis plusieurs années entre l’Union nationale des éleveurs livreurs Lactalis (Unell) et la laiterie », souligne le communiqué paru dans la foulée.
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
37%

Vous avez parcouru 37% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

L’affaire est faite. « Pleinement inscrite dans les principes des États-généraux de l’alimentation, […] la signature de l’accord-cadre ce mardi 26 novembre est l’aboutissement d’un important travail mené depuis plusieurs années entre l’Union nationale des éleveurs livreurs Lactalis (Unell) et la laiterie », souligne le communiqué paru dans la foulée.

Prise en compte du prix de revient

Comme conclu à l’issue de la médiation au début de septembre, le prix du lait valorisé sur le marché intérieur (50 % des volumes collectés) découlera à parts égales du prix de revient des agriculteurs et de l’indice Insee PVI en guise d’indicateur de marché. Pour l’heure, le coût de production des éleveurs pris en considération dans la formule est estimé à 355 €/1 000 litres, prix de base. « Il s’agit d’une première marche, explique Claude Bonnet, président de l’Unell. Cette valeur va être prochainement revue dans le cadre des négociations commerciales avec la grande distribution. »

Les trois mois espaçant la médiation de l’accord-cadre s’expliquent notamment par les « discussions autour des clauses de sauvegarde et de renégociation ».

Lactalis a souhaité inscrire une clause de revoyure au contrat permettant un réajustement de la formule de calcul du prix du lait. « La phase test court sur six mois à compter de septembre », précise Claude Bonnet.

A. Courty
Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
error: ContentHttpServletRequest:/eom/SysConfig/MPS/LEL.fr/jpt/modules/en_direct.jpt

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

En réassort

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER