S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Enveloppe explosée pour répondre au succès du plan Cniel

réservé aux abonnés

 -
Jean Michel Nossant

L’enveloppe du Cniel a été portée de 10 à 15,28 M€ pour pouvoir indemniser les 48 Ml non produits en avril par 22 000 exploitations françaises.

Le bilan du plan de réduction volontaire de la production laitière sur le mois d’avril, initié par le Cniel, est tombé. Rappelons qu’il proposait d’indemniser les producteurs à hauteur de 320 €/1 000 1 pour la totalité du volume non produit sur le mois dans la limite de 5 % dès lors que la baisse dépassait 2 % par rapport à la référence d’avril 2019. L’enveloppe...
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
22%

Vous avez parcouru 22% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

Le bilan du plan de réduction volontaire de la production laitière sur le mois d’avril, initié par le Cniel, est tombé. Rappelons qu’il proposait d’indemniser les producteurs à hauteur de 320 €/1 000 1 pour la totalité du volume non produit sur le mois dans la limite de 5 % dès lors que la baisse dépassait 2 % par rapport à la référence d’avril 2019. L’enveloppe initiale était de 10 M€, soit pour une baisse potentielle de 31 millions de litres. Au-delà, le seuil des 5 % devait être revu à la baisse.

Une enveloppe de 15,28 M€

Le Cniel nous apprend aujourd’hui que ce sont 48 millions de litres qui n’ont pas été produits en avril. « Au total 22 000 exploitations, réparties de manière homogène sur l’ensemble du territoire, ont contribué à l’effort collectif de baisse de production, soit près de 40 % des producteurs français », cite le communiqué. Devant ce succès, l’enveloppe a été augmentée de 5,28 M€ pour ne pas avoir à baisser le seuil de 5 %. Tous les volumes non produits compris entre -2 et -5 % seront donc bien indemnisés à hauteur de 320 €/1 000 l.

Moins de lait en France depuis avril

Cet effort financier important de l’interprofession (rappelons que les producteurs assurent 70 % des cotisations) a-t-il eu un effet sur les marchés ? Difficile à dire. « Il faut se replacer dans le contexte de fin mars. Devant le bouleversement du confinement sur la consommation, et en plein pic de production, la collecte serait-elle assurée partout ? Sans réaction de l’Europe, nous avons pris cette initiative. La production d’avril représente environ 65 Ml de litres de lait de plus qu’un mois moyen, essayons d’écrêter ce pic de moitié. Finalement, ce sont 48 Ml de litres qui ont sauté. Adossé ensuite au stockage privé, cela a pu participer au redressement de la valorisation beurre poudre que nous connaissons », analyse Thierry Roquefeuil, président du Cniel et de la FNPL. Plusieurs entreprises ont incité leurs livreurs à adhérer au plan du Cniel. Au total, 270 collecteurs ont fait remonter des demandes de réduction. D’autres producteurs ont sans doute profité de l’effet d’aubaine. Toujours est-il qu’il s’est produit moins de lait en avril que l’an dernier en France (-0,7 %) et cette tendance s’est accélérée en mai.

Dominique Gremy
Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

Indisponible

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER