S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Le Covid-19 avive les divergences entre Savencia et les OP

réservé aux abonnés

 - -->
Juste valorisation. Le 3 mars, c’est ce qu’a demandé l’OP Cleps Ouest lors de son assemblée générale, et ce qu’a défendu son AOP Sunlait pour les prix du deuxième trimestre. © c.hue

Prix du lait. Durant quinze jours, leurs visions se sont affrontées : coller aux prix environnants ou obtenir des prix plus vertueux.

Crise. Il leur a fallu deux semaines de discussions pour un accord sur le prix dulait du deuxième trimestre (ou Après deux semaines de discussions, le fromager et Sunlait n’ont pas trouvé d’accord sur le prix du lait du deuxième trimestre.

C’était seulement mi-mars et poutant cela nous semble une éternité depuis le confinement décrété en France et en Europe. Le groupe Savencia annonçait avec satisfaction une progression de son résultat net de 34 % en 2019 (+19 M€, à 74 M€), après un recul de 41 % en 2018. Il s’appuie aujourd’hui dessus pour faire face à l’épidémie mondiale de...
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
16%

Vous avez parcouru 16% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

C’était seulement mi-mars et poutant cela nous semble une éternité depuis le confinement décrété en France et en Europe. Le groupe Savencia annonçait avec satisfaction une progression de son résultat net de 34 % en 2019 (+19 M€, à 74 M€), après un recul de 41 % en 2018. Il s’appuie aujourd’hui dessus pour faire face à l’épidémie mondiale de coronavirus. À l’international, le fromager a surfé l’an passé sur les échanges soutenus en beurre, poudres ingrédients et fromages.

Recul des ventes de 2 %, en France, en 2019

Sous l’impulsion de la loi Égalim, Savencia a négocié, en France, des hausses tarifaires avec la grande distribution. « À composition réelle et toutes utilisations confondues, nous avons augmenté le prix du lait payé aux producteurs, en moyenne, de 25 €/1 000 l (369 €, contre 344 € en 2018). Grâce aux hausses tarifaires, nos marges n’ont pas été affectées, indiquait Jean-Paul Torris, le directeur général. Malgré tout, nos ventes souffrent d’un recul de 2 %. Nos concurrents ne jouent pas le jeu de la loi Égalim avec autant de rigueur que nous. »

Traduisez : des hausses de prix du lait moins élevées, donnant dans les rayons des produits plus attractifs. La concurrence des marques de distributeurs se fait aussi sentir. « Il faut qu’elles suivent le mouvement des hausses tarifaires. Il y a aujourd’hui un écart de prix inacceptable entre les MDD et les marques des entreprises. » L’industriel tire les leçons du recul de ses ventes françaises mais aussi « de la contraction de [ses] débouchés euro­péens (+ 2 %) ». Il veut revenir à un prix du lait qui colle à celui de ses concurrents français et européens. Avec 360,82 €/1 000 kg en 42/34 en super A sur ces 12 derniers mois (OP Cleps), l’industriel est le numéro 1 du top 14 européen (lire p. 25). De quoi perdre en compétitivité, puisque les trois quarts de son approvisionnement en lait sont français. En décembre, il a remis en cause les indicateurs négociés (mais pas signés) avec l’AOP Sunlait pour le calcul du prix. Il veut, entre autres, indexer les PGC export sur le prix du lait allemand.

Difficile fixation du prix de base du deuxième trimestre

« Niet », répond Sunlait. « Nous voulons une valorisation juste de notre lait, pour nous rapprocher de nos coûts de production », a affirmé David Renault, président de l’OP Cleps lors de son assemblée générale, le 3 mars. L’OP est membre de Sunlait.

Poussé par du lait mis sur le marché Spot dès le confinement, Savencia a enclenché les discussions pour les prix de base du deuxième trimestre mi-mars, au lieu de l’habituelle fin mars. Elles ont buté durant quinze jours sur ces deux visions. Sunlait ne rejetait pas l’idée de prix saisonnalisés pour lisser le pic du lait de printemps, mais sur un prix de base qui « pousse la filière vers le haut ». Finalement, Savencia a décidé le 27 mars de façon unilatérale les prix de base du deuxième trimestre et la mise en place de la saisonnalité (-20 €/1000 l en avril et mai, -10 € en juin). Cela donne dans le Grand Est 315,51 €/1000 l en avril et mai et 325,51 € en juin. En Bretagne-Pays de la Loire : 316,21 € en avril et mai, et 326,21 € en juin.

Claire Hue
Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
Cet article est paru dans L'Éleveur Laitier
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

En réassort

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

En réassort

AJOUTER AU PANIER