S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Le beurre sous pression, la poudre 0 % se relève, mais encore des incertitudes

réservé aux abonnés

 - -->

Produits industriels. Les stocks d’intervention qui s’épuisent et une collecte européenne contenue sont de bon augure, les dangers viennent de l’économie mondiale et du Brexit.

Malgré une collecte qui ralentit en France et en Europe, la cotation du beurre ne retrouve pas son niveau de 2017 (- 600 €/t). La consommation a été handi­capée par les fortes températures de l’été et de l’automne, mais aussi par la flambée des prix au printemps. Cette inflation brutale, déjà vécue en 2017, remet les matières grasses végétales au goût du jour, particuliè...
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
38%

Vous avez parcouru 38% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

Malgré une collecte qui ralentit en France et en Europe, la cotation du beurre ne retrouve pas son niveau de 2017 (- 600 €/t). La consommation a été handi­capée par les fortes températures de l’été et de l’automne, mais aussi par la flambée des prix au printemps. Cette inflation brutale, déjà vécue en 2017, remet les matières grasses végétales au goût du jour, particulièrement dans l’industrie agroalimentaire. La cotation du beurre a toujours eu tendance à baisser en début d’année (davantage de fabrications, liées aux fermetures d’autres lignes pendant les fêtes, et consommation qui retombe). Qu’en sera-t-il en janvier, sachant qu’il y a moins de lait à transformer ? Le marché de la poudre est tout autre, avec une cotation qui reprend des couleurs, malgré les sorties massives de l’intervention (60 000 t le 13 décembre). Ces stocks publics sont proches d’être écoulés et la demande mondiale de poudre maigre tire ce marché. Sera-t-elle aussi dynamique en 2019 ? C’est la grande incertitude. La guerre commerciale à laquelle se livrent les USA et la Chine, et la baisse du prix du pétrole ne sont pas de bons indicateurs. Un Brexit dur serait aussi une catastrophe pour l’industrie laitière européenne. On se rassurera­ quand même avec une prévision de production modeste dans l’UE en 2019 : +  0,7 %

Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
Cet article est paru dans L'Éleveur Laitier
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

En réassort

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER