S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

FaireFrance double ses ventes

réservé aux abonnés

 -

Dans un contexte de difficulté d’approvisionnement des magasins, FaireFrance annonce avoir doublé ses ventes de Lait Equitable vers les GMS au cours du mois écoulé. La SAS passe de 1 million de litres mensuels à 2 millions. « La laiterie Saint-Denis-de-l’Hôtel, qui assure la mise en bouteille mais aussi la fabrication de crème, réussit à suivre la demande, mais nous ne pouvons pas toujours y répondre...
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
40%

Vous avez parcouru 40% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

Dans un contexte de difficulté d’approvisionnement des magasins, FaireFrance annonce avoir doublé ses ventes de Lait Equitable vers les GMS au cours du mois écoulé. La SAS passe de 1 million de litres mensuels à 2 millions. « La laiterie Saint-Denis-de-l’Hôtel, qui assure la mise en bouteille mais aussi la fabrication de crème, réussit à suivre la demande, mais nous ne pouvons pas toujours y répondre par manque d’anticipation », indique Jean-Luc Pruvot, le président de la SAS.

La laiterie du centre de la France assure également une part importante des livraisons vers les centrales d’achat. Mais les difficultés d’organisation du travail et/ou de manque de main-d’œuvre dans ces structures conduisent FaireFrance à travailler davantage en direct avec les magasins via cinq transporteurs. « Face à des difficultés d’approvisionnement, des magasins avec lesquels nous n’avions pas l’habitude de travailler nous contactent directement pour être dépannés. L’impact du confinement est donc plutôt positif pour FaireFrance, mais une nouvelle crise d’ampleur se profile pour tous les éleveurs faute d’avoir mis en place une politique européenne de régulation des volumes pour prévenir les crises, défendue par l’Apli et l’EMB depuis plus de dix ans. »

Jérôme Pezon
Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

En réassort

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

En réassort

AJOUTER AU PANIER