S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Fonterra espère un redressement à la fin de 2019

réservé aux abonnés

 -
Fonterra en Nouvelle-Zélande. © Carole Hiet/GFA

La coopérative laitière néo-zélandaise, qui a publié le 20 mars ses comptes sur le début de l’année 2019, a annoncé une profonde restructuration du groupe dans l’objectif de réduire sa dette de l’ordre de 800 millions de dollars d’ici à la fin de l’année.

« Il va y avoir des changements fondamentaux, explique John Monaghan, président de Fonterra. Nous examinons de près notre activité, les marchés internationaux sur lesquels nous pourrions nous développer et les produits pour lesquels nous avons un réel avantage concurrentiel. »
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
19%

Vous avez parcouru 19% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

« Il va y avoir des changements fondamentaux, explique John Monaghan, président de Fonterra. Nous examinons de près notre activité, les marchés internationaux sur lesquels nous pourrions nous développer et les produits pour lesquels nous avons un réel avantage concurrentiel. »

Bien que le groupe coopératif ait connu un regain de rentabilité sur la première partie de l’année, Fonterra accuse une baisse de 29 % de son bénéfice avant intérêts et impôts par rapport à la même période en 2018. La stratégie est claire : simplification de l’activité et de son portefeuille de placement, notamment au travers de la vente d’une de ses marques, Tip Top, et de ses parts dans une coentreprise, DFE pharma. « Nous sommes sur la bonne voie pour atteindre notre objectif de réduction de la dette de 800 millions de dollars d’ici à la fin de l’année », affirme Mile Hurrell, P-DG du groupe.

En quête de plus de durabilité

Les difficultés traversées par Fonterra ne sont pas nouvelles. En septembre dernier, la coopérative reconnaissait déjà « avoir pris des engagements à l’égard des éleveurs qu’ils n’ont pas tenus ». Pour la prochaine campagne laitière, Miles Hurell a placé « le respect des prévisions de bénéfices » comme objectif principal à poursuivre. Les prévisions sur le prix du lait se situent entre 6,30 et 6,60 dollars par kg de matière sèche (MS) et les ristournes entre 15 et 25 cents par kg de MS.

Malgré le coût élevé des intrants en provenance de l’Amérique latine et les difficultés de la filiale australienne du groupe des suites de la sécheresse et des inondations, la coopérative mise notamment sur sa branche Consumer and Food Service pour viser les marchés chinois, chiliens, brésiliens et sri-lankais et créer des bénéfices durables.

Situation du marché océanien des produits laitiers

D’après les données synthétisées par la Commission européenne, le prix du lait néo-zélandais, à hauteur de 300 €/1 000 litres au 8 mars 2018 en qualité 42/33, est inférieur à celui enregistré lors des deux campagnes précédentes pour le mois de mars. De son côté, la collecte nationale (entre juin 2018 et janvier 2019) a augmenté de presque 5 %. Sur la même période, l’Australie a vu sa collecte chuter de 6 % par rapport à l’année précédente des suites des conditions climatiques exceptionnelles.

Concernant les produits laitiers, le cours océanien de la poudre de lait écrémé est en forte augmentation depuis le mois de décembre. Il se situe à 2 379 €/tonne à la mi-mars, soit 440 € au-dessus des valeurs européennes et étasuniennes. L’écart est plus restreint pour le beurre. La cotation océanienne était de 4 167 €/1 000 tonnes, moins de 80 € en dessous du cours européens actuel.

A. Courty
Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

Indisponible

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER