S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

La collecte rattrape son retard sur l’an dernier

réservé aux abonnés

 -
La collecte de lait de vache en France devrait s’aligner sur son niveau de l’an dernier, selon le Cniel. © C. Faimali/GFA

Le regain de la production laitière française depuis août, une tendance qui devrait se poursuivre sur la fin de l’année, conforte l’interprofession laitière (Cniel) dans l’idée que « la collecte nationale de 2019 devrait avoisiner les niveaux de 2018 ».

D’après le point conjoncturel mensuel de l’interprofession laitière (Cniel), la collecte laitière française de 2019 devrait finalement s’aligner sur sa référence de 2018 (1) malgré le recul du cheptel national. La tendance n’est pas plus dynamique à l’échelle européenne ainsi que dans les deux autres principaux bassins laitiers exportateurs mondiaux que sont la Nouvelle-Zélande et les É...
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
36%

Vous avez parcouru 36% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

D’après le point conjoncturel mensuel de l’interprofession laitière (Cniel), la collecte laitière française de 2019 devrait finalement s’aligner sur sa référence de 2018 (1) malgré le recul du cheptel national. La tendance n’est pas plus dynamique à l’échelle européenne ainsi que dans les deux autres principaux bassins laitiers exportateurs mondiaux que sont la Nouvelle-Zélande et les États-Unis. Cette décélération générale « devrait soutenir les prix dans les prochains mois », avance Benoît Royer, directeur de l’économie et des territoires au Cniel. En septembre, le prix du lait standard se montait à 343 €/1 000 litres, prix de base, dans l’Hexagone. C’est 6 €/1 000 litres de plus sur un an.

Un marché laitier bien orienté

Selon l’économiste, « les fondamentaux en termes d’équilibre offre/demande sont bien orientés. » La cotation du beurre, en décroissance ininterrompue depuis plus d’un an, se chiffre aujourd’hui à 3 700 € la tonne. À l’inverse, le cours de la poudre de lait écrémé poursuit son ascension. Il vient de dépasser les 2 500 € la tonne.

Les signaux du marché semblent donc au vert pour les producteurs français, mais la survenue du Brexit et la révision du statut douanier des produits laitiers par les États-Unis instaurent un climat d’incertitude.

A. Courty

(1) Soit 23,8 milliards de litres de lait d’après les données du ministère de l’agriculture.

Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER