error: /eom/SysConfig/MPS/LEL.fr/jsp/header/userinfo.jsp
error: /eom/SysConfig/MPS/LEL.fr/jsp/header/mobileuserinfo.jsp
error: /eom/SysConfig/MPS/LEL.fr/jsp/header/login.jsp
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Une source de valeur et d’emplois à préserver

réservé aux abonnés

error: /eom/SysConfig/MPS/LEL.fr/jpt/leaves/service/_date_article_mod.jsp?timeMod=20181114080000&timePub=
error: /eom/SysConfig/MPS/LEL.fr/jpt/leaves/article/article_non_abo.jsp
"> En France, les zones de montagne représentent 22 % des fermes laitières et 15 % de la production, selon une récente étude de FranceAgriMer (1). Trois massifs concentrent 95 % du lait de montagne : le Massif central pèse 64 % des volumes, le Jura 18 %, suivi des Alpes avec 13 %.
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
error: ContentHttpServletRequest:/eom/SysConfig/MPS/LEL.fr/jpt/leaves/article/article_container.jpt
27%

Vous avez parcouru 27% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !
error: /eom/SysConfig/MPS/LEL.fr/jpt/leaves/article/article_non_abo.jsp
">

En France, les zones de montagne représentent 22 % des fermes laitières et 15 % de la production, selon une récente étude de FranceAgriMer (1). Trois massifs concentrent 95 % du lait de montagne : le Massif central pèse 64 % des volumes, le Jura 18 %, suivi des Alpes avec 13 %.

Dans ces territoires, parfois en proie à un risque de désertification, l’élevage laitier joue un rôle économique majeur. L’emploi direct et indirect y est évalué à 9,8 ETP/Ml produits.

Des surcoûts de collecte à compenser

Or, dans le Massif central, on assiste ces dernières années à une substitution des vaches laitières par des vaches allaitantes. L’accentuation d’une telle tendance serait très préjudiciable : baisse de l’emploi, hausse de la production de viande sur un marché déjà saturé et perte de valeur ajoutée créée sur le territoire (le produit brut hors aides par hectare est trois fois plus élevé en élevage laitier).

Dans les massifs de l’Est, malgré les signes de qualité (85 % de la collecte), les éleveurs sont confrontés à de nouveaux défis : pyramide des âges, raréfaction de la main-d’œuvre, difficulté d’accès au foncier, recul de l’engagement collectif…

Pour préserver la dynamique laitière, plusieurs pistes sont évoquées : continuer à encourager la bio, renforcer les cahiers des charges, généraliser les démarches de régulation de l’offre. FranceAgriMer insiste sur le besoin de compenser les surcoûts de collecte (jusqu’à 60 €/1 000 l) et d’encourager l’emploi par des mesures fiscales. Dans le cas particulier du Massif central, il s’agit avant tout d’améliorer la valorisation du lait. En premier lieu, il faut renforcer l’identité de l’appellation « montagne » pour le lait standard, car les AOP auvergnates comblent leur retard avec des primes qui s’élèvent à 0,45 €.

Jérôme Pezon

(1) La filière lait de montagne et ses dynamiques.

Imprimer Envoyer par mail Commenter
error: /Comments/List/43752346-d78f-11e8-a4ff-4fe40a099b80
Cet article est paru dans L'Éleveur Laitier
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

error: /eom/SysConfig/MPS/LEL.fr/jsp/misc/statistics.jsp