S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Prix de base à 473 €/1 000 litres pour Lactalis

réservé aux abonnés

 -
© Sébastien Champion

Le lundi 4 février, l’organisation de producteurs (OP) transversale Lait bio Seine et Loire et le groupe Lactalis ont annoncé s’être entendus pour une hausse du prix du lait biologique de l’ordre de 5 € sur le bassin laitier Nord-Ouest.

« L’OP Lait bio Seine et Loire et le groupe Lactalis s’engagent ensemble dans un projet de valorisation durable d’un lait biologique aux promesses renouvelées », déclare le communiqué corédigé par les deux partis.
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
40%

Vous avez parcouru 40% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

« L’OP Lait bio Seine et Loire et le groupe Lactalis s’engagent ensemble dans un projet de valorisation durable d’un lait biologique aux promesses renouvelées », déclare le communiqué corédigé par les deux partis.

L’OP Lait bio Seine et Loire œuvrent pour 150 éleveurs livreurs Lactalis localisés dans le nord-ouest de la France. L’accord conclu avec l’industriel va permettre d’augmenter le prix du lait bio 2019 de 1,07 % par rapport à l’année précédente afin d’atteindre un prix de base à hauteur de 473 €/1 000 litres. La rédaction d’un accord-cadre prenant en compte l’évolution des marchés, le coût de production et l’engagement qualité des éleveurs bio est en cours.

L’OP et le groupe Lactalis invitent les distributeurs à prendre en compte cette évolution positive dans les hausses tarifaires sur les produits à marques, marques de distributeur et premiers prix en 2019Association des producteurs de lait bio Seine et Loire et Lactalis le 4 février 2019

Le partenariat construit entre Lactalis et l’OP se matérialise également pas la construction d’un plan de progrès des exploitations laitières bio dans lequel bien-être animal, composition de l’alimentation, pratique du pâturage et biodiversité seront suivis à l’aide d’indicateurs.

A. Courty
Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le bovin malade et sa prise en charge

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER