S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Une affaire concernant Lactalis renvoyée en mars

réservé aux abonnés

 -
© Google Street view

Le tribunal correctionnel de Grenoble a rouvert les débats dans le dossier de la fromagerie L’Étoile du Vercors, propriété du groupe Lactalis, et renvoyé le dossier au 11 mars prochain.

Cette décision prise hier, le 15 janvier 2019, fait suite à un jugement du tribunal administratif en date du 28 décembre 2018. Celui-ci annule un arrêté préfectoral de 2016 mettant en demeure la société L’Étoile du Vercors de se conformer à la réglementation en matière de traitement de ses effluents dans un délai de six mois. La justice administrative accorde un délai plus long de neuf...
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
18%

Vous avez parcouru 18% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

Cette décision prise hier, le 15 janvier 2019, fait suite à un jugement du tribunal administratif en date du 28 décembre 2018. Celui-ci annule un arrêté préfectoral de 2016 mettant en demeure la société L’Étoile du Vercors de se conformer à la réglementation en matière de traitement de ses effluents dans un délai de six mois. La justice administrative accorde un délai plus long de neuf mois à la société, à compter du jugement de décembre.

La justice saisie en 2017

Installée à Saint-Just-de-Claix (Isère), la fromagerie est poursuivie avec son ancien et son actuel dirigeants, pour « jet ou abandon de déchets dans les eaux superficielles » et « exploitation d’une installation nuisible à l’eau ou au milieu aquatique non conforme à une mise en demeure », ainsi que pour la contravention d’« exploitation d’une installation classée sans respecter les mesures prescrites par arrêté pour la protection de l’environnement ».

C’est la Frapna, Fédération Rhône-Alpes de protection de la nature, qui, d’abord, avait saisi la justice en 2017. Lors de l’audience pénale, le 12 novembre, le procureur adjoint de Grenoble, Laurent Becuywe, avait déploré l’impuissance de la justice face à un grand groupe. « Lactalis a gagné » en jouant la montre, avait-il lancé, tout en requérant notamment l’amende maximale de 500 000 € et l’arrêt des opérations de rejet.

« Entre les 800 000 euros et le million d’euros qui ont été économisés » depuis sa mise en demeure par la préfecture de l’Isère en 2016, « même si vous condamnez l’entreprise à l’amende maximale, ceux-là sont largement financés, avait estimé le procureur. On savait déjà que Lactalis avait la capacité d’empoisonner le lait en poudre, on sait maintenant qu’il peut empoisonner l’eau, qu’il le sait et continue. »

Lactalis aux manettes depuis 2011

Pour la défense, Maître Arnault Buisson-Fizellier avait estimé que le procureur « (n’était) pas en mesure de prouver la pollution ». L’Étoile du Vercors, créée en 1942 et rachetée par Lactalis en 2011, dit transformer entre 46 000 et 58 000 litres de lait par jour en moyenne, jusqu’à 100 000 litres en période de pointe. Elle emploie 147 salariés et travaille avec 70 producteurs de lait. Elle fabrique, affine et commercialise des fromages.

Cela représente l’équivalent des eaux usées d’une ville de 8 000 à 10 000 habitants au quotidien, mais en « très gras » selon Sylvain Traynard, de la DDT, et avec des « produits de désinfection ». En 2000, l’entreprise avait demandé son raccordement à la station d’épuration de la communauté de communes en construction, avant de souhaiter en 2014 construire sa propre station. Ce que lui avait refusé à quatre reprises la commune. Une position « incompréhensible et inadmissible », selon Lactalis.

AFP
Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

En réassort

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER