S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

réservé aux abonnés

Côte-d’Or
 - La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait -->
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité...
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
18%

Vous avez parcouru 18% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carrefour C’est qui le patron ?!, Florian Lamarche, Pierre Neugnot, Jean-Luc Ravier et Hervé Dechanet (de g. à dr.). © J.-M.V.
La CLCO fait feu de tout bois pour donner un avenir au lait

Projets. Depuis deux ans, la coopérative de vente de lait de Côte-d’Or, en contrat avec Eurial Ultrafrais, multiplie les initiatives.

La crise laitière a eu un effet électrochoc à la Coopérative laitière de Côte-d’Or (42 Ml et 90 producteurs). Pour que sa zone de collecte ne devienne pas un désert laitier, cette coop, en contrat de vente de lait avec Eurial Ultrafrais, fait depuis deux ans feu de tout bois pour donner des perspectives à ses adhérents… Notamment les jeunes. Premier axe d’action : jouer la carte du local plébiscité par le consommateur.

Yaourts C’est qui le patron ?!

Pour cela, la CLCO avait un atout : être la collecte la plus proche du site Eurial de Jouy (Yonne). Elle a su en profiter pour pousser à la création d’une filière de yaourts C’est qui le patron ?! Un contrat tripartite a été signé cet été entre Eurial-Carrefour et C’est qui le patron ?! De son côté, la CLCO a signé un avenant à son contrat pour fournir cette filière. Mais elle reste à construire. À ce jour, il n’y a que quatre exploitations référencées dont deux collectées. D’autres se préparent au cahier des charges : au moins 90 jours de pâturage, non OGM, alimentation produite à moins de 100 km, au moins 20 % de la ration annuelle avec de la luzerne pour favoriser les oméga 3. Il est vrai que la carotte est alléchante : un prix de base de 390 €/1 000 l, 5 € étant rétrocédés à la CLCO. Mais il faudra que le marché suive pour qu’ils embarquent. En phase de démarrage, ce yaourt au lait entier n’absorbe qu’environ 20 000 l/mois. On est loin de l’objectif de la CLCO de 5 millions de litres par an. Trop ambitieux ? Pas sûr si ce yaourt suit le succès commercial du lait C’est qui le patron ?! Et si d’autres GMS s’y intéressent, quand Carrefour perdra dans six mois l’exclusivité de la marque.

Biscuits à la crème de lait

Autre axe d’action de la CLCO : s’inscrire dans la transition écologique souhaitée par l’État. Un GIEE fort de trente-six de ses adhérents est porteur de projets du CTE signé par les communes de Montbardois et du Pays châtillonnais. Ce GIEE travaille à développer la luzerne pour aller vers un territoire plus autonome en protéines et en azote, mais aussi pour allonger les rotations céréalières et limiter le recours aux herbicides.

Deux projets d’économie circulaire sont aussi sur la table. L’un vise à utiliser la crème du lait collecté, la farine de blé et le sucre issus de ces exploitations. De quoi produire, en prestation de service, à la biscuiterie de Semur-en-Auxois des biscuits à la crème de lait. Le son et la pulpe de betteraves reviendraient pour alimenter les troupeaux. L’autre projet implique Soufflet qui, toujours en prestation, transformerait l’orge cultivée en malt. Objectif : produire de la bière, avec des drèches qui reviendraient sur les fermes. L’heure est au devis de la microbrasserie. On ne perd pas de temps.

Jean-Michel Vocoret
Référencées. La présidente de la CLCO, Fabienne Lepy, et les représentants des quatre exploitations référencées pour alimenter les yaourts Carr