S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Lactalis débloque le compteur

réservé aux abonnés

 -
Lactalis a signé deux accords-cadres pour l’instant avec les organisations de producteurs, et un troisième est en cours de médiation. © C. Watier

Lactalis a signé deux accords-cadres depuis juin. Le premier en Bretagne avec l’OPLB, et hier, le 11 septembre 2019, avec l’organisation de producteurs (OP) Bio Seine et Loire.

L’accord-cadre conclu entre l’OP Bio Seine et Loire et Lactalis au Space « témoigne de leur vision commune de l’impulsion sociétale à donner à la filière biologique française », souligne le communiqué de presse publié par l’industriel laitier ce mercredi après-midi, dans la foulée de la signature publique des documents officiels.
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
24%

Vous avez parcouru 24% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

L’accord-cadre conclu entre l’OP Bio Seine et Loire et Lactalis au Space « témoigne de leur vision commune de l’impulsion sociétale à donner à la filière biologique française », souligne le communiqué de presse publié par l’industriel laitier ce mercredi après-midi, dans la foulée de la signature publique des documents officiels.

Le prix de revient intégré

La formule de prix du lait intègre l’indicateur de prix de revient du lait biologique de l’Institut de l’élevage (Idele), avec modulation possible en fonction du risque climatique, ainsi qu’un indicateur interprofessionnel « qui reflète l’évolution des ventes observées sur le marché français des produits laitiers biologiques. »

Cet accord-cadre est le deuxième signé par Lactalis dans un contexte post-États-généraux de l’alimentation. Le premier avait été signé en juin dernier avec l’OP Lactalis Bretagne (OPLB).

Fin de la médiation avec l’Unell

Comme l’a annoncé le médiateur des relations commerciales le 11 septembre, l’Union nationale des éleveurs livreurs Lactalis (Unell) et la laiterie se sont finalement accordées sur les modalités de prise en compte des coûts de production dans le calcul du prix du lait.

D’après un communiqué publié par l’Unell ce même jour, le prix du lait valorisé sur le marché intérieur (50 % des volumes collectés) découle désormais à parts égales du « niveau de prix de revient en élevage laitier (estimé pour l’heure à 355 €/1 000 litres en équivalent prix de base, NDLR), et de « l’indice Insee PVI reflétant les évolutions du marché ». Le texte comprend une « clause de revoyure », souhaitée par l’industriel, afin d’assurer un réajustement de la formule en cas de distorsion du marché.

« La médiation a abouti vendredi soir dernier, à 21 h 30, ajoute Fabien Choiseau, directeur de l’approvisionnement en lait pour la France chez Lactalis. Les négociations avec l’Unell, qui regroupe 4 000 producteurs, sont très structurantes pour nous et nous allons pouvoir rapidement avancer avec les autres OP maintenant. » Il est à noter qu’une médiation est en cours avec l’association d’OP Lactalis du Grand Ouest (OPLGO).

A. Courty
Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

Indisponible

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER