S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

« Les GMS anglaises nous contrôlent une fois par an »

réservé aux abonnés

 - -->
David Humphries, en contrat avec Arla Foods et Sainsbury’s. © c.hue

Prix du lait. Au Royaume-Uni, les contrats, déjà anciens, avec les industriels et distributeurs assurent un meilleur prix du lait, mais avec des cahiers des charges très détaillés.

Les éleveurs français sont-ils prêts à aller aussi loin que leurs collègues anglais dans la segmentation du marché ? En France, elle repose soit sur une démarche équitable – souvent liée à une GMS (Carrefour, Intermarché, Lidl pour le lait UHT) –, soit sur un cahier des charges (pâturage, non OGM). Outre-Manche, c’est la deuxième approche qui prend le pas. C’est du moins ce qu&rsquo...
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
17%

Vous avez parcouru 17% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

Les éleveurs français sont-ils prêts à aller aussi loin que leurs collègues anglais dans la segmentation du marché ? En France, elle repose soit sur une démarche équitable – souvent liée à une GMS (Carrefour, Intermarché, Lidl pour le lait UHT) –, soit sur un cahier des charges (pâturage, non OGM). Outre-Manche, c’est la deuxième approche qui prend le pas. C’est du moins ce qu’expriment les producteurs anglais que L’Éleveur laitier a rencontrés mi-novembre. Ils ont signé un contrat avec les industriels Arla Foods ou Müller… et un distributeur pour le marché du lait liquide. Arla et Müller occupent la moitié du marché. « Le lait liquide est une des bases de notre alimentation. Les distributeurs ont besoin de maintenir la confiance des consommateurs », analyse David Humphries, responsable de la ferme de l’université de Reading (600 vaches). Elle a un contrat avec Arla et le distributeur Sainsbury’s depuis cinq ans.

Contrat avec un distributeur : 60 €/1 000 l en plus

Accéder à ces contrats tripartites est vu comme une chance par les producteurs, voire comme le Saint-Graal. À qualité égale, en octobre dernier, l’observatoire des prix de l’organisation AHBN Dairy (financée par une cotisation des producteurs) met en évidence, pour les livraisons destinées au lait de consommation, un écart de près de 60 €/1 000 l entre celles sous contrats tripartites et celles qui ne le sont pas. Les premières affichent un prix moyen sur les 12 derniers mois compris entre 347 € et 394 €, les secondes entre 284 € et 334 €. « À nous de prouver que nous avons un très bon niveau technique et sanitaire, afin d’accéder à ces contrats premium », explique David Humphries. Et bien sûr d’accepter le cahier des charges qui va avec. « C’est un livre », plaisante-t-il, affirmant ne pas le vivre comme une contrainte.

Un cahier des charges très détaillé et contrôlé à la loupe

« Au moins une fois par an, un contrôleur regarde tout à la loupe. De cette façon, le distributeur se protège d’éventuelles attaques de végans », confirme un autre éleveur, qui souhaite rester anonyme. Il a lui aussi un contrat avec Arla et Sainsbury’s. « Il vérifie le taux de mortalité des veaux, les maladies métaboliques que je dois enregistrer, la locomotion des vaches, etc. » S’il n’est pas dans les clous, Sainsbury’s peut décider de mettre fin au contrat, à charge pour Arla de trouver un autre débouché à ce lait. Andrew Stevens, que nous avons rencontré en novembre, est également contrôlé une fois par an. « J’ai un contrat avec Arla et l’enseigne Morrison, qui est très impliquée. » Sur les 392 €/1 000 l en 2019 (43,5 g/l de TB et 37,8 g/l de TA), il perçoit un bonus de 14 €. « Ça ne fait que compenser le surcoût lié au cahier des charges », estime-t-il. Parmi les mesures à respecter : l’absence d’antibiotiques critiques, un troupeau indemne de paratuberculose et de BVD. En France, on n’en est pas encore à ce niveau de détails.

Claire Hue
Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
Cet article est paru dans L'Éleveur Laitier
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER