S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Une gestion collective de la crise Covid-19

réservé aux abonnés

 -
Jérome Chabanne

Une baisse de 50 à 90 % des ventes contraint à une diminution drastique de la production

Pour faire face aux conséquences du coronavirus et des mesures de confinement, l’Interprofession du Saint-Nectaire à Besse-en-Chandesse (Puy-de-Dôme) organise une gestion collective de la crise avec des recommandations hebdomadaires* ajustées à l’évolution du marché. A l’instar des AOP fromagères françaises, l’AOP auvergnate (14 000 t annuelles dont 7 500 t de saint-nectaire fermier et 6 ...
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
16%

Vous avez parcouru 16% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

Pour faire face aux conséquences du coronavirus et des mesures de confinement, l’Interprofession du Saint-Nectaire à Besse-en-Chandesse (Puy-de-Dôme) organise une gestion collective de la crise avec des recommandations hebdomadaires* ajustées à l’évolution du marché. A l’instar des AOP fromagères françaises, l’AOP auvergnate (14 000 t annuelles dont 7 500 t de saint-nectaire fermier et 6 500 t de saint-nectaire laitier) subit une désorganisation totale de son marché au moment où la production atteint habituellement son pic à la mise à l’herbe des vaches. « Les entreprises, laiteries et affineurs, ont des baisses de commandes de 50 % à 90 % durant la semaine 13, précise François Peyroux, Conseiller Développement à l’Interprofession Saint-Nectaire. La fermeture des marchés accentue les méventes qui frappent déjà les rayons traditionnels et les crémeries. Nous devons agir vite et efficacement pour gérer collectivement les volumes de production face à cette crise sans précédent. »

La congélation des fromages en blanc (fromage non affiné) autorisée dans le cahier des charges de l’AOP est une première solution de secours que producteurs et affineurs peuvent choisir pour amortir les sorties. Mais cette solution risque de saturer rapidement les prestataires de congélation eux-mêmes confrontés à des problèmes de logistique et de personnel.

Réduire les fabrications

L’Interprofession recommande une réduction de 30 % des fabrications de saint-nectaire laitier et fermier durant la période de confinement. C’est ainsi qu’à partir de la semaine 14, les laiteries valoriseront 70 % de la production de lait AOP et devront gérer au mieux le dégagement de lait excédentaire collecté. Les affineurs ne collecteront quant à eux que 70 % des fromages en blanc par rapport à la collecte de la semaine 11. Les producteurs n’ont pour leur part pas d’autres choix que de réduire la production de lait au moment où celle-ci monte en puissance avec la mise à l’herbe. Les premiers gestes techniques mis en pratique sont un tarissement précoce de certaines vaches et une réduction des concentrés. Certains producteurs font consommer du lait à des veaux pour en faire des veaux de lait, d’autres réorientent leur fabrication vers un fromage non-AOP durant un à deux jours de la semaine.

L’Interprofession alerte le Ministère de l’Agriculture de la gravité de la situation par le biais du CNAOL. Des mécanismes d’indemnisation des producteurs laitiers et fermiers pour les pertes d’exploitations occasionnées par la réduction de la production laitière des troupeaux, et par le dégagement du lait et des fromages excédentaires, la réouverture des rayons coupe de la grande distribution et celle des marchés, dans les conditions strictes d’hygiène et de distanciation demandées par l’État, une autorisation officielle de s’approvisionner dans les magasins de ferme sont autant de requêtes adressées aux élus par l’ensemble d’une filière très inquiète.

Monique Roque Marmeys

*Les informations sont régulièrement mises à jour et consultables sur une messagerie vocale au 05 86 98 00 03

Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

Indisponible

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER