error: /eom/SysConfig/MPS/LEL.fr/jsp/header/userinfo.jsp
error: /eom/SysConfig/MPS/LEL.fr/jsp/header/mobileuserinfo.jsp
error: /eom/SysConfig/MPS/LEL.fr/jsp/header/login.jsp
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Biolait encourage la conversion simultanée

réservé aux abonnés

error: /eom/SysConfig/MPS/LEL.fr/jpt/leaves/service/_date_article_mod.jsp?timeMod=20190509113200&timePub=
 -
© Stéphane Leitenberger

Biolait a modifié ses critères de versement d’aide à la conversion pour les nouveaux adhérents à compter du 1er mai 2019 : prime de 30 €/1 000 litres pendant deux ans pour une conversion simultanée des terres et du cheptel contre six mois au maximum en conversion non simultanée.

error: /eom/SysConfig/MPS/LEL.fr/jpt/leaves/article/article_non_abo.jsp
"> « Biolait souhaite soutenir une Agriculture biologique (AB) exigeante, affirme Ludovic Billard, président de Biolait, dans un communiqué publié le 6 mai 2019. Soutenir des conversions plus sereines et plus cohérentes permet à l’AB de préserver sa crédibilité. »
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
error: ContentHttpServletRequest:/eom/SysConfig/MPS/LEL.fr/jpt/leaves/article/article_container.jpt
40%

Vous avez parcouru 40% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !
error: /eom/SysConfig/MPS/LEL.fr/jpt/leaves/article/article_non_abo.jsp
">

« Biolait souhaite soutenir une Agriculture biologique (AB) exigeante, affirme Ludovic Billard, président de Biolait, dans un communiqué publié le 6 mai 2019. Soutenir des conversions plus sereines et plus cohérentes permet à l’AB de préserver sa crédibilité. »

Une conversion « plus raisonnée »

Réduire la période de versement des aides sur une conversion en 18 mois (conversion successive des terres et du bétail) permettrait, d’après l’organisation de producteurs, de pousser les éleveurs vers un mode de conversion plus raisonné :

  • « Prendre le temps de préparer au mieux la transition des terres et des animaux » pendant deux ans au lieu d’un an pour les terres et six mois pour les bêtes en non simultané ;
  • « Prémunir les éleveurs face aux risques de déstockage des fourrages » car la conversion non simultanée exige une vidange des stocks de fourrages conventionnels à la veille de la conversion des animaux ;
  • « Valoriser les animaux en fin de vie en viande biologique » dès la fin de la conversion simultanée. « La conversion non simultanée oblige à ce que les animaux vivent les trois quarts de leur vie en bio pour être vendus sous label. Ils sont donc le plus souvent vendus sur le marché conventionnel », témoigne Jean-Marie Roy, éleveur en Vendée.
A. Courty
Imprimer Envoyer par mail Commenter
error: /Comments/List/f842276c-7242-11e9-8bae-a2cae9a28cb3
En direct

Sentinelle climatique

error: /eom/SysConfig/MPS/LEL.fr/jpt/leaves/service/_date_article.jsp?timeMod=20190628131447&timePub=20190724143654

Veaux

Mauvaise passe

error: /eom/SysConfig/MPS/LEL.fr/jpt/leaves/service/_date_article.jsp?timeMod=20190716103600&timePub=20190717131307